Histoire de la Famille et de la franc-maçonnerie en Turquie

Les confréries et les enfants de la veuve.

Les confréries :

J’ai entendu parler de confréries par mon Grand-père, notamment des Derviche Tourneurs (il semble qu’il en faisait partie). Du moins, je me souviens que ma mère m'avait parlé de ceci.

On donne souvent, en Occident, en raison de leur danse caractéristique, le nom de derviches tourneurs aux membres de la confrérie, ou ṭarīqa, des Mawlāwī, disciples de Mawlānā Djalāl al-Dīn Rūmī. Le terme arabe de ṭarīqa (signifiant « chemin », « voie ») a pris deux acceptions en mystique musulmane ; il désigne tantôt une méthode de direction spirituelle menant, à travers diverses étapes, de la pratique littérale de la Loi révélée (sharī‘a) jusqu'à la Réalité ultime (ḥaqīqa) ; tantôt l'ensemble des rites préconisés pour la vie commune dans les confréries musulmanes et, par extension, ces communautés elles-mêmes (pluriel ṭuruq) ayant pour chef un maître qui tire lui-même son autorité de toute une chaîne (silsila) de maîtres spirituels qui remontent généralement au Prophète ou à son gendre, l'imām ‘Alī. Ce dernier cas est celui des Mawlāwī, nous dit Aflākī, leur hagiographe (Manāqib ul-‘Ārifīn, trad. C. Huart, Les Saints des derviches tourneurs, 2 vol., Paris, 1918-1922, t. I). L'appartenance à l'une de ces confréries — assez similaires aux tiers ordres chrétiens — peut entraîner la résidence dans un « monastère » (takya) pour des périodes plus ou moins longues, très rarement pour toute la vie.

 


Ces associations religieuses sont appelées en arabe t'ariqā (pluriel : t'uruq), c'est-à-dire « voie », « chemin du voyage vers Dieu », bien que ce mot désigne plus exactement l'ensemble des rites d'entraînement spirituel proposés par les diverses congrégations. Le mot français « confréries » est employé par analogie, car les affiliés portent le nom d'ikhwān, vulgairement khouān (« frères »).

Presque tous les sultans ottomans étaient dans des confréries.


Les livres de La Révolution Ottomane (1908-1910) Fehmi Youssouf. (Ouvrage édifiant sur les organisations parallèles et les Francs maçon).  

Beaucoup de membres de la Famille étaient dans ces deux organisations, notamment Le Sulan Murat V.

Le Sultan Murat V.

Mourad V ou Murad V (en arabe : مراد الخامس), né le 21 septembre 1840 et mort le 29 août 1904, fut sultan de l'Empire ottoman pendant trois mois du 30 mai 1876 au 31 août 1876. Il était le fils d'Abdülmecid Ier et le neveu de son prédécesseur direct Abdülaziz. (Une petite anecdote : Pour ramener sur le trône Murat V, Cleanti Scalieri, le Vénérable Maître de la loge Prodoos, complotera même un enlèvement sanglant mais infructueux le 20 mai 1878).





Franc-maçonnerie en Turquie.

Source :  Franc-maçonnerie dans le monde  


L’histoire de la Franc-maçonnerie en Turquie

Si votre chemin vous amène à Istanbul, je vous conseille d’aller voir la statue de l’architecte Hiram flanquée de la Veuve et de ses Enfants sur une artère très passante face aux débarcadères au bord du 
détroit du Bosphore. A ma connaissance, ce sont les deux seuls exemples, en plein centre-ville,
d’une statue du Maître Hiram et de la Veuve existant au monde.

Pousser votre voyage jusqu’à la capitale Ankara, et visiter l’Assemblé Nationale, entre autres le Salon dit « de Marbre et aux Colonnes » situé entre le hall d’honneur et l’hémicycle. Vous foulerez de vos pieds un pavé mosaïque en marbre noir et blanc où des lettres « M », un chandelier à trois branches, un calice et un œil au milieu d’un triangle vous interpelleront très certainement.

Le Salon dit « de Marbre et aux Colonnes ».

Une franc-maçonnerie de type français s'implante en Turquie au tout début du xxe siècle. Elle s'implante tout d'abord à Salonique puis à Istanbul par les loges militaires nées de la guerre de Crimée et des loges d'intellectuels qui prennent appui sur les professeurs français des écoles de l'Alliance israélite universelle fondée par Gaston Crémieux.

Cette section constitue une annexe de l'article : Franc-maçonnerie en Turquie.

NomDates de fondation
/restructuration
LogesMembresGroupes de reconnaissanceSite Web
Grande Loge de Turquie190927011000 HGLUATur. GLDT [archive]
Grande Loge libérale de Turquie1966523000 HCLIPSASTur. GLLDT [archive]
Grande Loge féminine de Turquie199112600 F?

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27ob%C3%A9diences_ma%C3%A7onniques#Turquie


Les enfants de la veuve :

Mes recherches m’ont conduite à prendre en compte les influences de la Franc-maçonnerie en Turquie. Parce que la Franc-maçonnerie en Turquie était très liée à Kemal ATATURK. On sait que certains Jeunes Turcs d'origine militaire et civile étaient membres des loges, puis certains de ses Ministres. Les lumières de la franc-maçonnerie se sont très tôt propagées dans ce qui devait devenir la Turquie. Les premières loges furent implantées par les Italiens, puis plus tard par les Anglais. En sommeil pendant un certain temps, la franc-maçonnerie ottomane a repris de la vigueur dans la seconde moitié du XIXème siècle. Atatürk fut initié en 1907 à la Loge Vedata de Salonique (Grèce), Atatürk se situe dans cette mouvance. La Loge Vedata appartenait à l’obédience du Grand Orient de France. Grand réformateur, Atatürk s’est entouré de francs-maçons tout au long de sa carrière.

Les gants blancs d'un membre de la Famille.

Ses origines en Turquie : 

Histoire de la franc-maçonnerie en Turquie – La Grande Loge des Francs-Maçons (mason-mahfili.org.tr) https://mason-mahfili.org.tr/ - https://www.mason.org.tr/  


Histoire de la franc-maçonnerie en Turquie

Lorsque l'on examine le développement de la franc-maçonnerie sur les terres ottomanes, on constate que les francs-maçons français ont établi une loge à Istanbul en 1721, quatre ans seulement après l'établissement de la première grande loge à Londres. D'autre part, le St. Dans le numéro du 24 mai 1738 du journal James Evening Post, il est rapporté que des loges maçonniques ont été ouvertes à Istanbul, Izmir et Alep. La Loge Iskenderun, qui a été établie à Alep en 1748 en acquérant une charte de la Grande Loge d'Écosse, est également considérée parmi les anciennes loges établies sur les terres ottomanes.

La Franc-Maçonnerie de la Turquie ottomane 1908-1924.


Il est à noter qu'au cours de cette période, les francs-maçons britanniques et français ont travaillé à répandre la franc-maçonnerie à l'Est, en particulier dans les terres de l'Empire ottoman. On sait que ces loges, qui fonctionnent en langue étrangère et surtout en français, ont été créées par des étrangers.

Après les premières formations, les loges maçonniques sont fermées par un édit en 1748 sous le règne de Mahmut I. On peut affirmer que les relations étroites avec la France catholique et surtout la décision d'excommunier la franc-maçonnerie par la papauté ont influencé la publication d'un édit concernant la fermeture des loges.

Cependant, il est entendu que l'interdiction en question a été oubliée en peu de temps. Douze ans plus tard, en 1760, de nouvelles loges ont été ouvertes à Istanbul. On voit que des non-musulmans de sujets ottomans et des musulmans, bien qu'en petit nombre, ont rejoint ces loges. En 1826, lors de l'abolition du Corps des janissaires avec le Vaka-i Hayriye, et par conséquent l'ordre Bektashi, les loges maçonniques furent également considérées comme des Bektashi et fermées.

Après vingt-huit ans, on constate que la franc-maçonnerie a recommencé à fonctionner à Istanbul à partir de 1856. En 1856, la guerre de Crimée prend fin, l'édit réformateur est proclamé et l'Accord de Paris est signé. On s'en souvient, dans cette guerre, l'Empire ottoman s'est uni à la France, l'Angleterre et l'Italie (Royaume de Piémont) en Crimée et a combattu contre la Russie. Après la fin de la guerre avec la défaite de la Russie, l'Empire ottoman a été accepté en tant qu'État européen conformément à l'Accord de Paris.

Avant que l'Empire ottoman ne signe l'Accord de Paris, l'Édit de réforme a été proclamé le 10 février 1856. Par cet édit, l'État ottoman déclara qu'il acceptait tous ses sujets chrétiens et musulmans sur un pied d'égalité. Après la guerre de Crimée et les développements ultérieurs, on constate que les relations de l'Empire ottoman avec les États européens se sont accrues. Au cours de cette période, de nombreux éléments étrangers sont venus dans les villes portuaires telles qu'Istanbul et Izmir à des fins commerciales et autres. A l'initiative des francs-maçons, qui sont parmi eux, de grandes loges étrangères ont ouvert des loges à Istanbul, Izmir et d'autres villes de l'Empire comme en compétition les unes avec les autres. Dans ce processus, il est indiqué que plus de 60 lodges ont été ouverts en vingt ans.

Après cela, en 1861, on voit que le prince égyptien Abdulhalim Pacha a dirigé la création de l'ancien et accepté haut conseil ottoman Scotch Riti à Istanbul. Bien qu'il n'y ait pas eu de grande loge en Turquie à cette époque, il y avait un certain nombre de francs-maçons expérimentés et de niveau Maître pour former la Shura-yi Âli-i Osmanî comme on l'appelait alors. Cette organisation était assistée par le Haut Conseil de France.

En 1869, on voit que le Jury Sud de l'Ancien et Accepté Scot Riti à Charleston, aux États-Unis d'Amérique, a reconnu le Haut Conseil ottoman comme un membre régulier.

La date du 25 juin 1861, date de la création du Conseil suprême, marque également la période où Abdülmecid mourut et Abdülaziz monta sur le trône. Le Conseil suprême ottoman a suspendu ses activités après un certain temps.

Il est à noter que Murat V, qui est monté sur le trône après le détrônement d'Abdülaziz en 1876 et est resté sous le règne pendant 90 jours, a rejoint la franc-maçonnerie dans la loge de Proodos pendant sa suzeraineté.

Symbole franc-maçon ottoman.

A la suite de la destitution de Murat V le 31 août 1876, en raison de ses problèmes de santé, II. Abdülhamit, d'autre part, n'a pas eu une attitude négative envers la franc-maçonnerie au début, puisque son frère aîné Murat V était un franc-maçon. On peut dire que les relations internationales entre l'Empire ottoman et des pays comme l'Angleterre et la France ont également été efficaces dans cette attitude.

Turquie : Trois loges relevait du « Grand Orient de France » opéraient en Turquie :

La Loge « Union d’Orient » qui comptait dans ses rangs des personnalités de haut rang le Prince Mustapha Fazil, le grand vizir (premier ministre) Ibrahim Ehdem Pacha. Les Princes Nureddin Efendi et Kemaleddin Efendi étaient aussi francs-maçons.

La Loge «I Proodos» a eu comme membre le Sultan Mourad V et l’intellectuel Namik Kemal.

La Loge «Macedonia Risorta» qui abritera des membres de l’organisation « Jeunes Turcs » comme le grand vizir Talaat Pacha



Damad Ahmad nami.

Après la mort de Murat V en 1905, II. Un changement est remarqué dans l'attitude d'Abdülhamit envers la franc-maçonnerie. On voit qu'il n'était plus aussi tolérant qu'avant envers les activités maçonniques à Istanbul, qu'il avait auparavant surveillées par des journaux. Intellectuels ottomans qui pouvaient déjà participer aux activités maçonniques, II. En raison du régime oppressif d'Abdülhamit, ils ont quitté Istanbul. Pour cette raison, les activités maçonniques des sujets ottomans n'ont été observées à Istanbul qu'en 1908. D'autre part, les loges maçonniques ont continué à opérer dans des villes comme Izmir et Thessalonique.

Le Grand Orient de l’Empire Ottoman ne manquait pas d’initier les grandes sommités. Ses Grands Maîtres successifs se trouvaient être des ministres ou des premiers ministres. Selon l'historien français Thierry Zarcone, la période de 1908 à 1918 pourrait être appelée « L'État maçonnique". Ses membres étaient cosmopolites : Les Levantins, ainsi que les minorités grecque, arménienne ou juive de l’empire, sans oublier les musulmans arabes ou turcs. De ce fait, les trois livres sacrés des religions monothéistes, le Talmud, la Bible et le Coran, prenaient place sur l’autel des serments. La Turquie est actuellement un des seuls pays au monde où une aile de la maçonnerie existante aujourd’hui, celle reconnue par la Grande Loge Unifiée d’Angleterre, pose, lors de ses tenues, ces trois Volumes de la Loi Sacrée sur l’Autel des Serments. Avec le mariage maçonnique en Loge, c’est une de spécificités de la Franc-Maçonnerie turque.

Afin de mieux comprendre la franc-maçonnerie dans les terres ottomanes, la ville de Thessalonique au début du XXe siècle doit être considérée séparément.

On observe que la ville de Thessalonique s'est considérablement développée vers le milieu des années 1880 après que le chemin de fer a été connecté à la ville dans les années 1870. A cette époque, le réseau télégraphique était établi, l'une des lignes de chemin de fer était reliée à Istanbul et l'autre à l'Europe via la Serbie. Le nombre de navires arrivant dans le port de Thessalonique a doublé de 1880 à 1912. Ainsi, le port de Thessalonique est devenu le troisième plus grand port de l'Empire après Istanbul et Izmir. De nombreuses banques ont ouvert des succursales dans la ville et une banque locale a été créée. La ville a été reconstruite après l'incendie de 1890 et un réseau d'égouts a été installé dans la ville avec un éclairage au gaz de l'air. Les tramways ont également été électrifiés en 1907. Thessalonique est également devenue l'un des centres de l'industrie du tissage. Le quartier général de la troisième armée de l'armée ottomane se trouve également à Thessalonique.

Dans cet environnement, la franc-maçonnerie de Thessalonique a également progressé. Parmi les loges établies à Thessalonique au XIXe siècle, on connaît les loges de l'Amitié (France) avant 1804 et de Macédoine (Italie) établies en 1864. Au début du XXe siècle, alors qu'il y avait la Macédoine Risorta (1901) accréditée d'Italie et Veritas (1904) accréditée de France à Thessalonique, le nombre de loges maçonniques a augmenté dans les jours qui ont précédé la monarchie constitutionnelle. Dans ce contexte, l'Avenir de l'Orient français (1908), Philippos acquitté du Grand Orient grec (1907), Steaoa Salonicului acquitté de la Grande Loge nationale roumaine (1908), Grand Orient espagnol' (1907) des loges ont été établies.  

Il est indiqué qu'une dizaine de loges ont été ouvertes après la monarchie constitutionnelle, dont la Fazilette (1909), qui a reçu une charte de l'Espagne, et la Midhat Pasha Lodge, dont l'accréditation et les fondateurs sont inconnus, et qui a fonctionné de 1909 jusqu'à Thessalonique a été conquise par les Grecs en 1912.

On sait que certains Jeunes Turcs d'origine militaire et civile étaient membres des loges de Thessalonique, notamment en Macédoine des loges Risorta , Veritas et Perseverencia . Les Jeunes Turcs en question tenaient leurs réunions sous le toit de ces loges, à l'abri des regards.

Lors de la déclaration de la deuxième monarchie constitutionnelle le 24 juillet 1908, les Jeunes Turcs de Thessalonique ont commencé à venir à Istanbul. Les francs-maçons, qui faisaient partie de ceux qui sont venus à Istanbul, ont tenté d'établir une Grande Loge ottomane indépendante dès le mois d'août.

On sait qu'Osman Fehmi et Mehmet Tevfik, qui figuraient parmi les francs-maçons ottomans mentionnés à l'automne 1908, se sont rendus séparément en Égypte et que Nail Reşid s'est rendu en Égypte pour discuter de la création d'une Grande Loge ottomane avec le Grand Maître de la Nation égyptienne. Grande Loge, Idris Ragip. Ils ont fait traduire en turc les rituels maçonniques qu'ils y ont achetés et ont apporté les biens maçonniques nécessaires à Istanbul pour tenir la réunion.

TURQUIE : Franc-maçonnerie et kémalisme De notre confrère turc yeniasya.com.tr – Par M. Latif SALİHOGLU IL Y A 86 ANS : 9 NOVEMBRE 1935.

L’Union maçonnique turque a publié une déclaration le 9 novembre 1935. Dans cette déclaration, il a été annoncé par voie de presse et de diffusion que les activités de la société maçonnique étaient terminées et que ses actifs étaient reversés aux centres communautaires.

Pendant des années, les nationalistes-turcs kémalistes* ont examiné cette situation comme suit :

« MUSTAFA KEMAL EST CONTRE LA FRANC-MAÇONNERIE. POUR CETTE RAISON, ILS ONT FERMÉ LEURS ORGANISATIONS ET MIS FIN À LEURS ACTIVITÉS. »

Cependant, la situation réelle n’est pas du tout comme ça. En fait, au contraire. Car, les buts et les activités des Maçons ont été placés sur l’épine dorsale de « l’État officiel », surtout à partir de cette date, et leur chemin a été défriché.

Said Nursi, qui mentionnait la franc-maçonnerie avec les termes « communisme, hérésie, irréligion » ou « ennemis secrets de la religion » dans ses œuvres, était enfermé dans le donjon d’ Eskişeh et condamné à la peine de mort.

Cependant, dans le Traité du Cinquième Rayon, qu’il a écrit en 1908, au même endroit où sont mentionnés les Maçons, il mentionne spécifiquement que le Comité Sufyani Antéchrist « a trompé les comités des Maçons et a obtenu leur soutien ».

Autrement dit, dans cet événement, il y a accord, coopération, voire solidarité totale au sens de « prends ma rose-donne ma rose ». 

Voici une partie de cette mention dans le Cinquième Rayon, dans laquelle les « Narrations Ahirzaman » , dont la plupart sont des mutashabih, sont interprétées :

ÉMISSION DEUXIÈME

Les deux Dajjals sont assistés par le comité secret des juifs (le comité sabbatéen de Thessalonique), qui se venge violemment contre l’islam et le christianisme, et l’aide d’un autre comité redoutable sous le voile des libertés des femmes (la liberté de choisir et d’être choisi pour les femmes) ; en fait, depuis que le Dajjal islamique a trompé les comités des francs-maçons (l’Union maçonnique turque) et a gagné leur soutien, on pense qu’il s’agit d’une puissance terrible.

Les kémalistes, qui ne connaissent pas de limites dans leur fanatisme autant qu’ils sont ignorants du sujet, attribuent la fermeture des organisations maçonniques à cette époque à la perspicacité du gouvernement et considèrent cela comme un exploit de la politique du parti unique. D’une certaine manière, ils veulent dire » O gens ! Regardez, voyez, entendez : la direction et le personnel fondateur du Parti populaire sont contre la franc-maçonnerie. C’est pourquoi ils ont fermé leurs organisations sans aucune hésitation. »

Cependant, la réalité est contraire à de tels discours, parce que le gouvernement de l’époque était entièrement sous le commandement et l’influence des maçons et était prêt à servir leurs idéaux. En fait, la plupart des ministres et députés du gouvernement à parti unique, dont le ministre de l’Intérieur, Şükrü Kaya, étaient soit des francs-maçons, soit intimement liés à eux. Lorsque nous regardons l’histoire de la franc-maçonnerie en Turquie, nous trouvons les informations suivantes concernant cette période dans les sources officielles des maçons :

Mustafa Kemal a une réunion avec le ministre de l’Intérieur Şükrü Kaya. Il lui dit que les maçons devraient aller expliquer la situation générale à leurs dirigeants et qu’ils devraient dissoudre leurs organisations de leur propre gré, sans avoir besoin d’aucune loi.

Sur ce, une déclaration signée par les membres de l’Association des Francs-Maçons est publiée par l’Agence Anadolu comme suit : « Elle a été remise à notre Agence avec des signatures de responsables et notoires. La Société maçonnique turque, tenant compte de l’évolution sociale de notre pays et de ses énormes progrès croissant de jour en jour, et en observant la bonté découlant de l’application des principes démocratiques et laïcs prévalant dans la République de Turquie, de mettre fin à ses activités sans aucune loi à cet égard, et de travailler avec tous ses biens pour le développement social et culturel. Il a trouvé commode de faire un don aux Maisons du Peuple.

Le ministre Şükrü Kaya a également fait la déclaration suivante au nom du gouvernement : « Les maçons turcs, voyant que leurs idéaux étaient inclus dans le programme principal du gouvernement, ont dissous leurs propres organisations. Le gouvernement n’a fait aucune tentative ni eu une aucune implication dans cette affaire. (Voir : Journaux du 10 novembre 1935 ; aussi mason.org.tr)

A la lumière de ces informations, on comprend bien pourquoi et dans quel but la Loge maçonnique a été fermée à cette époque.

Source : https://450.fm/2021/11/13/turquie-franc-maconnerie-et-kemalisme/ 

Un parti politique maçonnique : Union et Progrès, créé selon le modèle de la "Carbonari" en Italie. Dans l’intervalle, les Jeunes-Turcs se sont organisés principalement à Paris dans le but de ramener la monarchie constitutionnelle. Leurs idéaux progressistes ont été repris par cinq Francs-Maçons, des étudiants militaires à la faculté de médecine à Salonique qui ont décidé de créer un parti révolutionnaire, qui prit ensuite le nom d'Union et Progrès (14 juillet 1889). Leur modèle était la société paramaçonnique révolutionnaire italienne, les "Carbonari". Influencé par la Franc-Maçonnerie, les formalités d’admission étaient fortement inspirées du rituel maçonnique (exemple : le candidat était reçu les yeux bandés, il prêtait serment en posant la main successivement sur le Coran et sur l’épée). Dans la seconde moitié du 19e siècle, les principales puissances européennes avaient obtenu une immunité pour leurs sujets vivant dans l'Empire ottoman. Ce système d'immunité était appelé « capitulations ». La police turque n'avait pas le droit de fouiller une maison appartenant à un ressortissant étranger. Ainsi, les membres du parti Union et Progrès complotaient leur révolution dans les loges italiennes et françaises à Salonique, centre important de la Franc-maçonnerie à l’époque.

Un autre clan complotait aussi, ce fut celui du prince Sabahaddin, c’était un sociologue et penseur ottoman. En raison de sa menace pour la Maison ottomane (la dynastie ottomane), dont il était membre, à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle en raison de son activité politique et de sa promotion de la démocratie dans l’Empire, il est exilé.  

Son parti libéral (Ligue pour l’initiative privée et la décentralisation), opposé au Comité de l’Union et du Progrès, a été interdit deux fois, en 1909 et 1913 et il a dû fuir à nouveau. Pendant la Première Guerre mondiale, il était en exil en Suisse occidentale comme chef de l’opposition.

Dans son autobiographie The Witness (1962, première édition ; 1974, deuxième édition révisée et agrandie), John G. Bennett note que dans ses dernières années, en raison de ses frustrations, de ses déceptions et de son exil, il serait devenu alcoolique et serait mort dans une grande pauvreté.

Prince Sabahaddin.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sultanzade_Sabahaddin 

Prince Sabahaddin, صباح الدين / Ṣabāḥ ad-Dīn; ( 13 février 1879 à Istanbul; † 30 juin 1948 à Neuchâtel, Suisse) était un penseur et homme politique turc de la Maison d’Osman. Dans le domaine de la sociologie, il a innové en Turquie à l’époque. Le Prince Selahaddin, le fils du Sultan Murad V était aussi .F.M.

La deuxième Monarchie constitutionnelle

Un très grand nombre d'officiers de haut rang étaient Francs-Maçons et, également, membres du parti Union et Progrès. L'action du parti Union et Progrès et sa menace d'envahir Istanbul avec la Troisième Armée stationnée en Thrace (les historiens parlent « d’armée maçonnique »), obligèrent le sultan Abdulhamid II à promulguer, une fois de plus, la monarchie constitutionnelle, le 23 juillet 1908. La réaction ne se fit pas attendre. Sensibilisant ces sujets à un comportement antimaçonnique, le sultan manipula les intégristes musulmans qui prirent le contrôle d'Istanbul le 31 mars 1909. L'armée partie de Salonique reprit Istanbul aux fondamentalistes. L’acte de la déchéance d’Abdel-Hamid lui a été lu dans son palais par un amiral et quatre députés. Tous les cinq étaient Francs-Maçons ! Ces événements sont une des raisons principales qui font que les Francs-Maçons ont été et sont encore la cible d’un islam fondamentaliste. 



SOURCES :

Mourad V

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mourad_V

Il a été membre de loge Proodos (progrès) À Istanbul, fondée en 1867, qui a travaillé en grec.

https://boowiki.info/art/ne-en-1840/murad-v.html#Onorificenze

https://mason-mahfili.org.tr/


GALLICA BNF.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7569527f/f2.image.r=Murad%20V%20franc%20macon?rk=21459;2

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7545884q/f2.image.r=Murad%20V%20franc%20ma%C3%A7on?rk=42918;4


HKEMBL | Hür ve Kabul Edilmiş Masonlar Büyük Locası

https://www.mason.org.tr/

L’Empire ottoman à l’âge des réformes - Chapitre 5 : La contestation dans l’armée ottomane à la fin de l’Empire ottoman - Institut français d’études anatoliennes (openedition.org)

https://books.openedition.org/ifeagd/1430

DERVICHES TOURNEURS 

https://www.universalis.fr/encyclopedie/derviches-tourneurs/


La situation politique et maçonnique en Turquie | Cairn.info

https://www.cairn.info/revue-humanisme-2013-3-page-78.htm


Amazon.fr - La franc-maçonnerie de la Turquie ottomane 1908-1924 - Anduze, Eric - Livres

https://www.amazon.fr/Franc-Ma%C3%A7onnerie-Turquie-ottomane-1908-1924/dp/2747592502


L’histoire de la Franc-Maçonnerie en Turquie (deds.ch)

https://www.deds.ch/files/dds_planche_baylar_PLANCHE-CB---1---LA-FM-EN-TURQUIE.pdf


La Franc-Maçonnerie de la Turquie ottomane... de Eric Anduze - Livre - Decitre

https://www.decitre.fr/livres/la-franc-maconnerie-de-la-turquie-ottomane-1908-1924-9782747592505.html

La franc-maçonnerie ottomane : un mythe qui suscite toujours les fantasmes - Aujourd'hui la TurquieAujourd'hui la Turquie (aujourdhuilaturquie.com)

http://aujourdhuilaturquie.com/fr/la-franc-maconnerie-ottomane-un-mythe-qui-suscite-toujours-les-fantasmes/


Laïcite, humanisme et scientisme | Cairn.info

https://www.cairn.info/revue-la-chaine-d-union-2010-2-page-28.htm


L’initiation de Mourad V à la franc-maçonnerie par Cl. Scalieri : aux origines du mouvement libéral en Turquie | Semantic Scholar

https://www.semanticscholar.org/paper/L%E2%80%99initiation-de-Mourad-V-%C3%A0-la-franc-ma%C3%A7onnerie-par-Svolopoulos/c3866a71f5b6c4664fade12cfa89c15f304cd41a


Franc-maçonnerie. Histoire, Spéculations sur les racines anciennes, Les origines: fin du XVIIe et début du XVIIIe siècle (boowiki.info)

https://boowiki.info/art/franc-maconnerie/franc-maconnerie-2.html


Dumont Paul. La franc-maçonnerie dans l'Empire ottoman : la loge grecque Prométhée à Jannina. In: Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°66, 1992. Les Balkans à l'époque ottomane, sous la direction de Daniel Panzac . pp. 105-112. DOI : https://doi.org/10.3406/remmm.1992.1577

La franc-maçonnerie ottomane et les «idées françaises» à l'époque des Tanzimat - Persée (persee.fr)

https://www.persee.fr/doc/remmm_0997-1327_1989_num_52_1_2296



Autres Sources :

1. Sur l'histoire de cette loge cf. Paul Dumont, «La Turquie dans les archives du Grand Orient 

de France : les loges maçonniques d'obédience française à Istanbul du milieu du XIXe siècle à 

la veille de la Première Guerre Mondiale », in J.-L. Bacqué-Grammont et P. Dumont (éd.), 

Economie et Sociétés dans l'Empire ottoman (fin du XVIIIe siècle-début du XXe siècle), Paris, CNRS, 1983, 

pp. 188-194; voir aussi Constantin Svolopoulos, «L'initiation de Mourad V à la franc-maçonnerie 

par Cl. Scalieri : aux origines du mouvement libéral en Turquie», Balkan Studies, Thessalonique, vol. 21/2, 1980, pp. 441-457. 

2. Le texte de ce discours est conservé dans la correspondance de la loge / Proodos (le Progrès) 

avec le Grand Orient de France, département des manuscrits de la Bibliothèque Nationale 

(désormais BN), FM2 865, dossier d'installation en date du 28 mars 1868. 

3. Cf. à ce propos Bernard Lewis, « Les répercussions de la Révolution française en Turquie. 

Quelques notes sur la transmission des idées», dans Le retour de l'Islam, Paris, Gallimard, 1985, 

pp. 67-98. 

4. Thierry Zarcone, Rizâ Tevfik ou le soufisme « éclairé», Mécanismes de pensée et réception des 

idées occidentales dans le mysticisme turc sous le deuxième régime constitutionnel ottoman (1908-1923) 

(thèse de doctorat inédite, Université de Strasbourg, 1990), pp. 132-133, fait état de l'existence 

à Istanbul, en 1702, d'un «Ordre de la Grappe» et présente cette association liée à une confrérie 

du Midi de la France comme une formation pré-maçonnique. Toutefois, la plupart des travaux 

sur la franc-maçonnerie ottomane datent de l'apparition du fait maçonnique dans l'Empire du milieu du xvine siècle. Cf. notamment Fikret Çeltikçi, Hûr masonluk tarihinden notlar (Notes sur l'histoire de la maçonnerie libre), Istanbul (publications de la Grande Loge de Turquie), 

1982; Kemalettin Apak, Ana çizgileriyle Tûrkiyedeki masonluk tarihi (L'histoire de la franc-maçonnerie en Turquie dans ses grandes lignes), Istanbul, 1978; Sahir Erman, «Turk masonluk tarihi ile ilgili papalik belgeleri» (Documents pontificaux concernant l'histoire de la francmaçonnerie turque), Mimar Sinan, n° 34, 1979, pp. 9-14. 

5. Sur l'histoire des loges d'Istanbul, cf. P. Dumont, op. cit., pp. 171-201. 

6. La franc-maçonnerie égyptienne a fait l'objet de plusieurs travaux. Voir notamment Jacob 

Landau, «Prolegomena to a Study of Secret Societies in Modern Egypt», Middle Eastern 

Studies, vol. I, 1965, pp. 135-186; Karim Wissa, «Freemasonry in Egypt, 1798-1921. A Study in 

Cultural and Political Encounters», à paraître. 

7. BN, FM2 865, Étoile du Bosphore, tableau de loge pour l'année 1859-1860; en ce qui concerne le recrutement de l'Union d'Orient, cf. BN, FM2 866, tableau de loge pour l'année 1866. 

8. Simple hypothèse. Ce nombre, basé sur l'examen de quelques tableaux de loge conservés à la Bibliothèque Nationale, ne tient pas compte des francs-maçons qui, pour une raison ou une autre, ne fréquentaient plus les loges. 

9. BN, FM2 866, / Proodos, tableau de loge pour l'année 1872-1873. 

10. BN, FM2 867, l'Union d'Orient, tableaux de loge pour les années 1868 et 1869. Le Prince 

Mustafa Fazil avait rejoint la loge avec son secrétaire Vasif Azmi Efendi, son majordome Mehmed Hamdi Efendi et ses deux aides de camp, Hûseyin Galip Bey et Ahmed Celai Bey. En ce qui concerne Ibrahim Edhem Pacha, cf. l'article qui lui a été consacré dans l'Encyclopédie de l'Islam, nouvelle édition, vol. III. Sur le rôle de Mustafa Fazil dans la mise en place du mouvement de Jeunes Ottomans, voir Sjerif Mardin, The Genesis of Young Ottoman Thought. A Study in the Modernization of Turkish Political Ideas, Princeton, Princeton Un. Press, 1962. 

11. Grand Lodge. 1717-1967, Oxford, Oxford Un. Press, 1967, p. 240, cité par K. Wissa, op. 

cit.; cf. aussi J. Landau, op. cit., p. 151. 

-----

LIVRES 

La franc-maçonnerie ottomane : un mythe qui suscite toujours les fantasmes - Aujourd'hui la TurquieAujourd'hui la Turquie.

Capture à partir de : https://aujourdhuilaturquie.com/fr/la-franc-maconnerie-ottomane-un-mythe-qui-suscite-toujours-les-fantasmes/

Le numéro de juin 2015 du magazine d’histoire Derin Tarih se targue de dévoiler « l’histoire cachée » de la franc-maçonnerie, et son rôle clef dans le contrôle des affaires politiques de l’Empire ottoman. Une entreprise d’envergure qui parvient mal à dissimuler l’ambition de susciter fantasmes et bruits de couloirs autour de secrets factices sur un sujet très vendeur.

---

La Franc-Maconnerie D'obédience Francaise Dans L'empire Ottoman: Dumont, Paul, n/a, n/a: 9789754284799: Amazon.com: Books

Capture à partir de : https://www.amazon.com/Franc-Maconnerie-Dob%C3%A9dience-Francaise-Lempire-Ottoman/dp/9754284792

---

Entre Deux Rives: Origines De La Franc-Maçonnerie en Turquie

Capture à partir de : https://oraney.blogspot.com/2012/10/origines-de-la-franc-maconnerie-en.html

----

La franc-maçonnerie dans le monde arabe et musulman – Oumma

Capture à partir de : https://oumma.com/la-franc-maconnerie-dans-le-monde-arabe-et-musulman/










Aucun commentaire: