mardi 27 septembre 2022

Les apatrides avec leurs passeports NANSEN.

Les Ottomans deviennent des apatrides, avec leurs passeports NANSEN.

 LES APATRIDES

Comme je l’ai indiqué Méliké ma mère, était apatride et résidait en France à Nice. Ma mère, son père mon Grand-père Rachid avait-t-il un passeport Nansen ? J’ai souvent entendu ce mot dans la bouche de ma Mère. Nous allons essayer de comprendre en quoi ceci consistait.

Dans un des livres de Murat Bardakçı il cite Prince Orhan, mon oncle aurait pendant longtemps utilisé ce type de passeport.

C’est à la lecture de son livre[i] que j’ai compris.

« Femmes, hommes et enfants, ils étaient 155. La dynastie ottomane se composait de ces 155 personnes, et en mars 1924, ils ont tous été expulsés de Turquie. Ils ont reçu deux mille livres britanniques chacun et un passeport pour un an mais irréversible. Leurs actifs ont été liquidés. Il leur est interdit d’entrer et de transiter par la Turquie. Ils n’avaient plus de patrie ni de revenu. Ils vivaient dans un exil aventureux. »

Donc, il fallait renouveler ce passeport d’un an, le NANSEN a pris la suite.

Près de 450 000 passeports Nansen a été distribués pendant l'entre-deux-guerres.

Le passeport Nansen était entre 1922 et 1945 un document d'identité reconnu par de nombreux États permettant aux réfugiés apatrides de voyager alors que le régime international des passeports qui avait émergé à la faveur de la Première Guerre mondiale assujettissait les déplacements aux formalités douanières.

Un apatride est, selon la convention de New York du 28 septembre 1954[1], « toute personne qu'aucun État ne considère comme son ressortissant par application de sa législation ».

Plus simplement, un apatride est une personne dépourvue de nationalité, qui ne bénéficie de la protection d'aucun État.

Le Passeport Nansen.

Il a bénéficié d'abord principalement à d'anciens Russes déchus de leur nationalité en 1922, puis à des réfugiés venus de l'ancien empire ottoman, arméniens et assyriens, puis ironie de l’Histoire à la Famille Ottomane.


Source : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Passeport_Nansen

Des précisions sur les passeports temporaire ou définitif.

Il ne s’agit pas en fait du passeport donné aux membres de la famille impériale avant de quitter Istanbul en 1924. Plusieurs d’entre eux ont reçu le Passeport Nansen d’autres ont eu des passeports diplomatiques, alors que d’autres ont reçu la nationalité et le passeport de leur pays de résidence (c’était le cas au Liban) me disait Boussaid Ayoub. Effectivement, Prince FUAD avait un passeport diplomatique. (Je dois en avoir une copie). C’est son ami le Comte Raymond de Castellane[ii] qui l’a aidé ainsi que les autres membres de la famille impériale à avoir le passeport français.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Maison_de_Castellane

Voici l’inventeur du passeport : Fridtjof Nansen

Le passeport Nansen a été imaginé en 1921 et créé le 5 juillet 1922 à l’initiative de Fridtjof Nansen, premier Haut-commissaire pour les réfugiés de la Société des Nations, via l’Office international Nansen pour les réfugiés, à l’origine pour les réfugiés de la Russie soviétique fuyant la terreur rouge et/ou la famine soviétique de 1921-1922. Il est considéré comme le « premier instrument juridique utilisé dans le cadre de la protection internationale des réfugiés ».

Dans la dernière décennie de sa vie, Nansen se consacre essentiellement à la Société des Nations, après sa nomination en 1921 en tant que Haut-commissaire pour les réfugiés. En 1922, il reçoit le prix Nobel de la paix pour son travail au nom des victimes déplacées de la Première Guerre mondiale et des conflits liés. Parmi les initiatives qu'il introduit se trouve le « passeport Nansen » pour les apatrides, un certificat reconnu par plus de cinquante pays. Il travaille pour le compte des réfugiés jusqu'à sa mort soudaine en 1930, après que la Société eut établi l'Office international Nansen pour les réfugiés afin de s'assurer que ses travaux se poursuivent. Cet office reçoit le prix Nobel de la Paix en 1938. Nansen est honoré par de nombreuses nations et par de nombreux toponymes, en particulier dans les régions polaires.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fridtjof_Nansen 


Le prix Nobel de la paix 1922

Il est décerné à Nansen pour cette création et l'Office international Nansen pour les réfugiés le reçoit en 1938. 

Office général des réfugiés turcs

Cet office[iii], créé en 1932, a été agréé par le ministère des affaires étrangères. Dirigé par Mehmed Ali Bey, ancien ministre de l’Intérieur turc, il a cessé de fonctionner en 1939, année du décès de M. Ali Bey.

Pendant la seconde guerre :

Dans son livre la Princesse Neslisah (Neslişah: Cumhuriyet Devrinde Bir Osmanlı – 13 octobre 2011) précise que le Calif avait délivré des documents certifiant que le porteur de ce dernier était de la famille Ottomane des LAISSER PASSER (car les Allemands était en bon terme avec les Turcs). Voir la Page 201et 202 du livre de Princesse Neslişah.

« Lorsque la fille du calife Abdülmecid, Princesse Dürrüşehvar, a déménagé en Inde et son fils Ömer Faruk Efendi a déménagé avec sa famille en Egypte, il est allé seul à Nice, il s'installe à Paris dans les premières années de la Seconde Guerre mondiale, lorsque la ville était sous occupation allemande. 

Pendant la Première Guerre mondiale, les Turcs s'étaient rangés du côté des Allemands, alors quand Paris était occupé, ils étaient très respectueux envers le chef des déchu dynastie dont le pays avait été autrefois leur allié. De temps en temps quand Abdülmecid Efendi ferait une demande pour quelque chose, ils essaieraient pour satisfaire ses exigences.

Et, le calife appellera les Allemands à intercéder en faveur de membres de sa famille : la famille ottomane exilée n'avait ni nationalité, ni passeports, et la plupart d'entre eux n'avaient pas d'argent pour vivre. Avec l'éclosion de la guerre, la vie était devenue encore plus difficile, surtout pour ceux qui vivaient dans les territoires occupés.

Abdülmecid Efendi a distribué une sorte de certificat aux membres de la famille qui l'a demandé, en prouvant son identité, dans laquelle il a également été a mentionné que « cette personne est un membre de la famille ottomane » et il était signé « Le sultan-calife AbdulMedjid II ».

Le calife a utilisé les titres de prince et de princesse pour tous les membres de la famille, sans distinction de statut, comme şehzade, sultan, Hanımsultan ou sultanzade, même pour les gendres.

Carte signée de la main du Calif.

Neslişah Osmanoğlu, la petite-fille du dernier Sultan Vahideddin et du dernier calife Abdülmecid Efendi, était la dernière princesse à être née avant l'effondrement de l'empire ottoman vieux de six siècles. Elle est née le 4 février 1921 et le livre de la dynastie dans lequel les membres de la famille Osmanoğlu étaient enregistrés était ponctué de son nom. Neslişah Osmanoğlu a vécu une vie pleine d'aventures, notamment à Nice dans sa jeunesse, puis en Egypte et elle a terminé sa vie en Turquie.

Alors qu'elle était la première dame d'un pays étrange, l’Egypte où elle est allée en tant qu'épouse, elle a été prise dans les vents de la révolution et du coup d'État, et elle a été traînée du sommet de sa gloire aux jours de danger devant les juges des tribunaux militaires.

Elle a été expulsée à l'âge de trois ans, elle n'a pu retourner dans sa patrie, à savoir la Turquie, qu'après l'âge de 40 ans.

Et quand, en 1952, son mari a été nommé régent du jeune roi d'Égypte, elle a pris sa place au sommet de la société égyptienne en tant que première dame du pays, jusqu'à l'abolition de la monarchie l'année suivante. L'exil a suivi une fois de plus, cette fois d'Egypte, après que le couple royal ait été accusé de trahison. Finalement, Princesse Neslishah a été autorisée à retourner dans sa ville natale, où elle est décédée à l'âge de 91 ans en 2012.

Basé sur des documents originaux et de nombreux entretiens personnels, ce récit de la vie extraordinaire d'une femme est aussi l'histoire de la fin de deux puissantes dynasties à trente ans d'intervalle. Le livre de Murat Bardakçı, qui traite de l'histoire de la vie de Neslişah Osmanoğlu d'après ses propres histoires et documents, et qui est la première biographie complète jamais écrite sur un membre d'une dynastie exilée, est l'histoire non seulement de Neslişah Osmanoğlu, mais aussi de l'aristocratie d'un empire effondré dans l'histoire.



Mon Grand-père avait certainement aussi ce genre de carte avec lui afin de lui éviter des problèmes avec la soldatesque Allemande à cette époque. Cette carte postale de 1943 semble démontrer que des relations apaisées se sont établies.  https://www.erolgiraudy.eu/search/label/Rashid Il résidait à cette époque à Nice. Puis, il s'est installé en Suisse en 1951, la famille Osman-Keller déménagea en Suisse. Rose avait trouvé une annonce de location d’un salon de coiffure à Filzbach, près du col de Kerenzerberg. Elle apprit à couper les cheveux dans le cadre d’un cours accéléré et se lança avec courage. Rose avait toujours eu beaucoup de volonté.
Après tout, elle avait autrefois suivi quelques cours à l’école des arts appliqués et avait un bon coup d’œil pour la décoration. Elle subvint alors aux besoins de la famille qui vivait désormais modestement dans un simple deux-pièces. 

Moi et mon Grand-père en Suisse.

Dans le même temps, les avocats de mon Grand-père Rachid mettaient tout en œuvre pour récupérer les millions de l’héritage du sultan. En vain. Ils parvinrent seulement à ce que la famille reçoive 24 000 francs de dédommagement pour l’expropriation de forêts et d’une mine de béton. Cela permit au moins de payer les frais d’avocat. À l’issue d’un grand procès portant sur l’héritage du Sultan, Rachid obtint la promesse d’une part de 100 millions de francs de son immense fortune, incluant des champs de pétrole, des terres et des mines. Mais en tant que prince ottoman renversé en exil, il n’en perçut pas un centime. 




Selon les mémoires du Prince Ali Vasib Efendi, la Princesse Zekiye Sultan, son mari le Damad Nureddin Pacha, sa fille la Princesse Aliye Hanimsultan, son beau-fils Muhsin Yeghen et ses deux petits-fils Osman et Salih Yeghen vivaient dans une villa à Cimiez, à Nice. 

Couverture du livre sur les 
Memoirs of an Ottoman Prince.


SAI Le prince Ali Vâsib (connu en turc sous le nom de "Ali Vâsib Efendi" - ou, en utilisant son nom de famille turc, sous le nom de "Ali Vâsib Osmanoglu") est né au palais Çiragan, sur les rives du Bosphore à Istanbul, en 1903. 

Ses mémoires traitent avec la vie et l'époque de la famille impériale ottomane au cours des dernières années du sultanat ottoman, ainsi qu'avec sa vie pendant son exil forcé en Hongrie, en France et en Égypte. 

Pendant son séjour à Istanbul, il a été témoin de la Première Guerre mondiale, de l'abolition du sultanat en 1923 puis de celle du califat en 1924, date à laquelle il a été exilé avec le reste de la famille impériale. Il a finalement été autorisé à retourner dans son pays natal en 1974, après un demi-siècle d'exil. Ali Vâsib Efendi est le seul prince impérial ottoman à avoir écrit ses mémoires, et ils donnent un aperçu unique du peuple et de la politique de son époque. 

SAI Le prince Ali Vâsib, l'arrière-petit-fils du sultan Murad V, était à plusieurs reprises en présence des quatre derniers sultans ottomans ainsi que du dernier calife. Il connaissait personnellement les personnalités de l'époque - comme Enver Pacha. 

Il a été témoin d'événements clés de l'histoire ottomane des derniers jours de l'Empire. Il a vécu l'occupation d'Istanbul par les Alliés - la période la plus difficile de la cour ottomane - puis l'exil de la dynastie ottomane en 1924. 

De 1925 à 1935, il a vécu sur la Côte d'Azur, où de nombreux membres des familles royales européennes déchues s'étaient rassemblés. 

Plus tard, alors qu'il vivait en Égypte, il a vécu un deuxième traumatisme avec le renversement de la monarchie égyptienne. 


[i] Murat Bardakçı : Son Osmanlılar + Sürgündeki Hanedan 2 Kitap Set (merkezkitabevi.com)

https://www.merkezkitabevi.com/urun/son-osmanlilar-surgundeki-hanedan-2-kitap-set

[ii]  Comte Raymond de Castellane qui l’a aidé ainsi que les autres membres de la famille impériale à avoir le passeport français. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Maison_de_Castellane 

    Lignée de Salernes Branche ainée : barons d'Entrecasteaux et comtes de Grignan. La branche ainée des seigneurs de Salernes s'éteignit au début du XVIIIe siècle avec le marquis de Grignan, sans postérité de son mariage en 1704 avec Mademoiselle de Saint-Amand. Sa mère, la comtesse de Grignan, était Françoise de Sévigné (1646-1705), la principale destinataire des lettres de sa mère, Madame de Sévigné[7]. Branche de Castellane-Esparron et rameau de Castellane Saint-Julien : Georges de Castellane-Salernes est marié en 1435 à Marguerite de Trians ; ils ont 4 fils dont Raymond Geoffroy qui est l'auteur de la branche d'Esparron et du rameau de Saint-Julien. Louis Provence de Castellane-Esparron est autorisé par le Roi Juan-Carlos d'Espagne en 1993 à relever le titre espagnol de duc d'Almazan de Saint-Priest et de grand d'Espagne de 1ère classe, à lui transmis en ligne féminine.

[iii]   Office général des réfugiés turcs. Cet office, créé en 1932, a été agréé par le ministère des affaires étrangères. Dirigé par Mehmed Ali Bey, ancien ministre de l’Intérieur turc, il a cessé de fonctionner en 1939, année du décès de M. Ali Bey.

    OFII : Créé en 2009, l'Office Français de l'Immigration et de l'Intégration (OFII) est l'opérateur de l'Etat en charge de l'intégration des migrants durant les cinq premières années de leur séjour en France. L'OFII a en outre pour missions la gestion des procédures de l'immigration professionnelle et familiale, la gestion du dispositif national d'accueil des demandeurs d'asile, celle des aides au retour et à la réinsertion participant au développement solidaire, ainsi que la lutte contre le travail illégal.

    OFPRA : Créé en 1952, l'Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) est un établissement public placé sous le tutelle du ministère de l'intérieur depuis 2010. Il est en charge de trois missions principales : l'instruction des demandes d'asile et d'apatridie enregistrées sur le territoire français la protection juridique et administrative des réfugiés, des bénéficiaires de la protection subsidiaire et des apatrides l'émission d'avis sur les demandes d'asile déposées dans le cadre de l'asile à la frontière. https://www.ofpra.gouv.fr/glossaire?lettre=O

Sources :




Son Osmanlılar + Sürgündeki Hanedan 2 Kitap Set (merkezkitabevi.com)

LIENS :




--- 
Erol GIRAUDY 


lundi 12 septembre 2022

Les Villas Mauresques et orientales sur la Riviera Francaise les 7 parcours Ottomans.

Découvertes des palais, villas et appartements en 7 ou 8 étapes ou parcours à Nice.

Cette idée m’est venue en voyant les nombreux parcours qui existent à Nice et sur la Côte d’Azur. Car à la lecture de certains documents je me suis rendu compte que mes aïeux avaient habitait dans des lieux où souvent je passais devant sans le savoir. Mes déplacements dans NICE quand j’étais enfant m'ont amené : Boulevard Carabacel, Boulevard de Cimiez, Rue Pauliani, Avenue de la Victoire (Jean Médecin), à l'Alhambra Boulevard de CIMIEZ, Nice Mont Boron Villa Beausite, Saint Maurice, Avenue des Diables Bleu, Boulevard de Gairaut - Rimiez, etc.

Pendant mon enfance à Nice je passais devant des maisons extraordinaires, surtout à Cimiez ou les Palais sont pléthores, ceci sans vraiment savoir l’histoire de ces lieux et celles de ma Famille Ottomane. Et surtout sans bien connaître cette époque douloureuse de leur vie et quelles relations elle avait entretenu avec ces Palais (le plus souvent hors normes). Car, ces habitations avaient hébergé pendant leur exil plusieurs membres de la famille Ottomane. 

Cela m'a beaucoup intrigué et lentement à travers la lecture de documents historiques et de livres, plus des conférences sur la Turquie du Collège de France, j'ai commencé à découvrir ces histoires et des lieux magnifiques. Fort de tout ceux-ci, j'ai décidé de vous faire partager mes découvertes.

    L'idée d'une visite a germée lentement, elle a pris forme, la voici. 

Pour chacun de ces lieux, si un membre y a résidé, je vais vous raconter qui était l'occupant et certaines parties de sa vie. Dans cette narration je vais vous livrer des petits secrets, car pour beaucoup de ces Princesses et Princes qui ont vécu à Nice, j'ai eu l'honneur et le privilège de pouvoir échanger avec eux, mes aïeux en exil.

Les BOUCLES - DECOUVERTES en 7/8 voyages/visites de Nice :

      1.       Carabacel       
2.       Cimiez                 
3.       Cœur de Nice     
4.       Fabron                
5.      
Gairaut – Rimiez              
6.       Magnan - La Madeleine               
7.       Maison de l’Environnement (aucun lien avec les Ottomans)
8.       Port et Mont Boron.
9.       Promenade du Paillon pour info et histoire sur le Prince Orhan.

Les 5 premiers parcours sont le cœur des lieux de résidence de la Famille Ottomane. 

Je me suis appuyé sur ces "boucles/parcours" afin de déterminer des itinéraires. Mais, il faut néanmoins prendre en compte l'évolution de la ville de Nice de 1900 à 2022. Voir en fin de ce document le fichier PDF de la Ville de Nice.
Carte et boucles réalisées par la Ville de NICE.

J'ai comparé les cartes récentes aux anciennes de Nice 
afin de retrouver certains Palais (voir URL en fin du document). 


Tout ceux-ci incluent en plus des informations sur les Plantes remarquables qui constituent la riche végétation Niçoise (La terrasse de Méliké ma mère était à elle seule un jardin fantastique) et les Palais avaient eux aussi de grands parcs, qui se sont réduit avec la spéculation immobilière.

C’est dans l’histoire de Nice, autant que sur les sentiers, que ces boucles de découverte vous invitent à cheminer.  Vous êtes conviés à des voyages dans l’espace et dans le temps.

Au XIXème siècle, Nice a été célébrée en Europe comme la ville-jardin par excellence. De ce passé, il demeure de magnifiques témoignages. Ici, entre mer et montagne, la nature est partout. 

Des arbres classés comme remarquables et, à ce titre, protégés surprennent le regard dans un décor urbain pourtant très dense. Ailleurs, ce sont des squares, des jardins presque secrets. Au cœur de Nice, ce sont les jardins du monde qui s’offrent à vous dans la Promenade du Paillon : des arbres et des plantes d’Asie, d’Australie, d’Amérique du Sud, d’Amérique du Nord. Autant de merveilles botaniques rassemblées ici grâce au miracle de notre climat méditerranéen.

Au cours de vos balades, vous pouvez y découvrir les trésors de la nature mais aussi ceux qui sont nés du génie de l’homme : façades baroques du Vieux-Nice, étonnant éclectisme architectural de la Belle-Époque puis merveilles de l’Art Nouveau et de l’Art Déco, sans oublier les monuments contemporains. On n’en finit pas de découvrir cette ville de Nice. Aussi incroyable que cela puisse paraître les Ottomans ont vécu dans toutes ces quartiers de Nice. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_quartiers_de_Nice 

CARABACEL



1 - Boucle découverte de Carabacel.

                • Durée : 2 heures

                • Distance : 3 km au total

                • Difficulté : moyenne

Il faudra s’arrêter au Grand Palais Construite en 1912 par l’architecte Charles Dalmas (Numéro 6 sur le plan) et financée par la Compagnie des Wagons-lits, cette résidence de service, à armature métallique de 9 étages, était le plus haut bâtiment de la Belle-Époque. Y vécurent des membres de la famille Ottomane, notamment :

Proche du Majestic (Numéro 7 sur le plan) il y avait la Villa Xoucles à Nice en France, c'est dans celle-ci que le Calife y passa une partie de son exile à Nice. Malheureusement je n’ai que quelques photos, mais aucune indication sur cette villa Xoucles. Il faudrait que je me rende à Nice pour y trouver des informations aux archives de la ville. Le lien vers le site ci-dessous va vous faire découvrir comment j’ai eu connaissance de ce lieu.


https://www.erolgiraudy.eu/2022/05/la-villa-de-cimiez-xoucles.html

Ensuite le Calife s’installera au Palais Carabacel, puis il partira à Paris.

Le palais Carabacel (transformé en lotissements depuis). C'est là, sous les lambris du grand salon, parmi les fez et les turbans qu'a lieu, en gage de reconnaissance, le mariage de deux princesses ottomanes. La fille et la nièce du calife avec les fils du Nizam d'Hyderabad. https://fr.wikipedia.org/wiki/Carabacel (BD Carabacel 26, 06000 Nice). 
Vers 1960 : démolition du Palais Carabacel : voir à : allée du Palais 

Palais Carabacel actuel à NICE.

  
Palais Carabacel actuel à NICE.


Palais Carabacel en 1900 un doute subsiste sur ce lieu.

Inscription au dos de la photo - peut-être une rare photo de la Villa Xoucles.

Palais Carabacel actuel à NICE (Recherches).

Exemple du détail de la boucle/parcours CARABACEL avec les commentaires et renseignements de la mairie de Nice.


Détail de la boucle/parcours CARABACEL avec la numérotation des lieux.


CIMIEZ



2 - Boucle découverte de Cimiez.

                • Durée : 2 heures 30

                • Distance : 4 km au total

                • Difficulté : moyenne

Cimiez semble avoir attirer toute ou partie de ma famille.

Le bassin de l'Alhambra à CIMIEZ (j'ai le souvenir d'une photo avec les Petites Princesses, et Princesse Fevziye. Elle y a résidé, nous en parlions à Paris quand je venais lui rendre visite). Voir le lien ci-dessous pour avoir des compléments d'informations sur l'hôtel Alhambra. Ce Palais est face à la villa Victoria, l'Alhambra Palace était une folie orientale à Cimiez.

Erol GIRAUDY: L'EXILE - Les apatrides de la dynastie ottomane.

Palais avec des minarets

Les grandes stations balnéaires de la Côte d'Azur se doivent de receler dans leur panorama cette silhouette aux clochetons à bulbes qui tentent d'évoquer le fameux minaret, aux baies encadrées d'arcs outrepassés, aux façades tapissées de faïences et aux débauches de stucs dentelés enveloppant le tout. A Nice Jules Sioly construit le fameux « Alambra » pour la vicomtesse de Bemis (1900-1901) ; en 1909 le guide du Syndicat d'Initiative de la ville proclame qu'il « étale superbement sa façade mauresque au brillant soleil de la Côte d'Azur », elle est dominée par deux minarets plus indous qu'africains !

L'Alhambra 
C'est l'un des exemples les plus spectaculaires d'un ancien hôtel de style néo-mauresque sur la côte d'Azur. Il est situé sur une parcelle délimitée par le no 46-48 du boulevard de Cimiez en ouest, et par l'avenue de Villebois Mareuil en est, de la commune de Nice. Une partie de la famille y a résidé ainsi que le Calif.  https://fr.wikipedia.org/wiki/Alhambra_(Nice)

Le Grand Palais

https://www.cimiez-boulevard.fr/residences-nice-cimiez/grand-palais/

Construit en 1911 par la Société des Wagons-Lits, sous la conduite du célèbre architecte Niçois Charles Delmas, le Grand Palais fut tout d’abord un hôtel.

Avec ses 9 étages en position dominante à l’entrée du Boulevard de Cimiez, c’est le plus haut palace construit à Nice à la Belle Époque. Il est impressionnant par ses dimensions, mais aussi par son mode de construction inspiré de la technique « Effel ». Il s’agit d’une ossature métallique sur laquelle on est venu accrocher une façade en parement de pierres !

Plusieurs membres de la famille Ottomane y ont résidé, notamment la Princesse Neslisah.



L’hôtel était complété par une annexe perpendiculaire située en contrebas à l’est : le Petit Palais. Aujourd’hui le Grand Palais a été transformé en copropriété. Ses appartements ont conservé tout le charme et les volumes de la Belle Époque.

"During the first years in Nice, Neslishah went regularly from her parents’ house to her grandfather’s Carabacel villa, where life was very similar to the way they had lived in Dolmabahçe: there were the wives of the caliph, the Kalfas, the maids, the secretaries, and just as in Istanbul the caliph would be bathed and dressed by the Kalfas. The difference between Carabacel and Dolmabahçe was that instead of separate apartments for men and women, now there were spacious rooms. Abdülmecid Efendi did not find it necessary to separate the women in his household from the men, as was the custom in his family when in Istanbul, which was strictly applied when he was young. Even as an imperial prince, against the conventions of that time, he lived a much more bohemian kind of life, while in Nice he chose to live like a European aristocrat. The caliph spent most of his life in exile at the Carabacel Palace." (P107 du Livre de Princesse Neslişah OSMANOGLU, Murat BARDAKCI).
 
À partir de l’adresse 
 
PHOTOS

Palais Régina

L'Excelsior Régina Palace est le nom donné à un hôtel de luxe de Nice entre 1897 et 1935. Il est situé sur la colline de Cimiez (cote : 104 mètres) sur le boulevard du même nom, et a été reconverti dans les années 1930 en immeuble d'habitation.

Voir aussi : Cimiez — Wikipédia (wikipedia.org)

Durant la Première Guerre mondiale ce Palais est réquisitionné et l’autorité militaire le transforme en un hôpital militaire. Le 28 janvier 1920, il est racheté par une société immobilière qui l’appelle Hôtel Regina. Le krach boursier de 1929 et la balnéarité naissante portent, après quelques années, un coup fatal aux hôtels collinaires, en particulier ceux de Cimiez. 

En 1934, il est déclaré en faillite puis vendu aux enchères ainsi que son mobilier l’année suivante. Le 17 juillet 1937, une nouvelle société immobilière (dirigée par Victor Saglia) voit le jour sous le nom de copropriété « Le Regina », et les quatre cents chambres sont transformées en quatre-vingt-dix-huit appartements. 

De 1938 à 1943, le peintre Henri Matisse vécut au Régina, dans un vaste appartement - atelier. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Bd de Cimiez. Matisse y séjourne en septembre-octobre 1938 dans l'attente de son installation à l'Hôtel Régina. 

En novembre 1938, Matisse acquiert deux appartements au troisième étage de cet ancien hôtel construit par l'architecte Biasini en 1897 pour accueillir la Reine Victoria et la colonie anglaise de Nice. "Dans ce vaste appartement-atelier Matisse s'entoure de vases, meubles, plantes, étoffes, tentures que l'on retrouve dans ses tableaux. "C'est ça sa véritable palette, palette d'objets avec lesquels le hasard les loisirs et la pensée du peintre jouent à ne plus en finir, jusqu'à l'apparition d'un de ces rapports entre un fruit et une table, entre une feuille et une femme, qu'il faut que toute chose cessante Matisse fixe à jamais". 

C'est lui qui a peint les Odalisque (C'est un membre de la famille qui a servi de modèle, ma mère Méliké m'en avait parlé, c'était une cousine qui avait de yeux magnifiques, elle vivait dans le sud de la France). Ses peintures d'odalisques ont été inspirées par son voyage au Maroc. L’Odalisque au coffret rouge, une œuvre exemplaire, peinte à Nice en 1927, témoin de la recherche inlassable d’Henri Matisse sur le rapport entre le volume du corps et les surfaces plates du décor.



 Les Odalisque de MATISSE.

 Les Odalisque de MATISSE.

Sous l'Occupation, ce sera le siège niçois de la Gestapo, où passera par exemple la peintre Charlotte Salomon [réf. Nécessaire]. À partir de l’adresse :

Nice-Les Palais (Mode web)

Le hammam
Un autre bâtiment public était destiné à adopter immanquablement un style oriental, le hammam. Cette civilisation du bain très prisée des orientaux, comme elle l'avait été à l'époque romaine, est à la mode à la fin du XIXème siècle. On parle alors de « bains turcs ». Les hôtels de qualité comportent un hammam et des établissements publics s'ouvrent dans les principales villes du littoral. A Nice il s'agit notamment du « Palais des Thermes » (6-10 rue de la Buffa) construit en 1907 par l'ingénieur Argentino, dirigé en 1912 par un médecin le Dr. Masmonteil, puis en 1926 par le docteur Edouard Grinda. 
En annexe il comprend un salon de coiffure géré par un Parisien, un bar, un salon de thé. On s'y rencontre, on y lit la presse dans son hall-salon. 

L'immeuble (toujours conservé) comporte deux ailes massives entre lesquelles s'ouvre le portique à triples arcades du hammam dont les axes outrepassés sont la principale connotation orientale. Au contraire Emile Négrin donnait dans son Guide de Nice, plusieurs fois réédité depuis 1865, une gravure des Bains-Turcs bâtisse d'un style mauresque affirmé dont le portail est dominé d'une enseigne en arabe sur faïences et l'intérieur couvert d'une coupole surmontée de boules et d'un croissant.  Mais, j'ignore qui de la Famille a bien pu y aller.

Je me souviens bien de ce hammam qui était face au petit jardin Alziari de Malausséna à Nice ou j'ai vécu enfant dans une villa face à ce jardin (avant la guerre toutes les villas étaient la propriété de mon grand-père, il avait un grand hôtel de 500 chambres). 



Les autres parcours feront l'objet d'un document complet, qui sera publié plu tard ou dans un livre.


Bibliographie

Luc Thévenon, Les « Folies » : Fantaisies architecturales de la Belle Époque à Nice, dépôt légal 1999, 2003, 127 pages, Serre éditeur, Nice, (ISBN 2-86410-298-6)

Michel Steve, L'Architecture Belle Époque [1860-1914] à Nice, 48 pages, 1995, Demaistre, Nice (6 rue Paul-Bounin), (ISBN 2-84194-002-0)

Michel Steve, L'Architecture à Nice de 1920 à 1940, 207 pages, 2002, Serre éditeur, (ISBN 2-86410-348-6)

Dictionnaire historique et biographique du comté de Nice, sous la direction de Ralph Schor, Serre 2002 : volume IV de l'encyclopédie Niciensis

Marguerite et Roger Isnard, Per Carriera : dictionnaire historique et anecdotique des rues de Nice, 1983, 3e édition 2003, 359 pages, Serre éditeur, Nice, (ISBN 2-86410-388-5)

Hervé Barelli, Vieux-Nice : guide historique et architectural, 125 pages, 1997, Serre éditeur, Nice, (ISBN 2-86410-256-0)


ARCHITECTURE - Villa mauresque Nice - Liste de Liens


Une belle villa construite au XIXe siècle dans un style "mauresque".

La ville de Nice possède de nombreux immeubles et bâtiments dénommés palais.


Architectes des palais de Nice — Wikipédia (wikipedia.org)


Valrose 
C'était le nom d'une des plus belles propriétés de la Riviera. Je vous la présente, car j'ai bien connu son Président, quand j'étais à Paris nous avions des bureaux mitoyens.
C'est aujourd'hui le nom d'un Campus parmi les mieux situés de France, siège de l'Université de Nice Sophia-Antipolis et de la Faculté des Sciences. 

Son origine remonte aux années 1860 - 1870, en cette période du Second Empire où l'aristocratie russe et anglaise adopte la Côte d'Azur comme lieu de villégiature. Mais le bâtisseur de Valrose n'est pas un banal estivant. D'origine roturière bien qu'ennobli par le Tsar, le Baron Von Derwies est peu intégré à l'aristocratie russe qui réside autour de la Villa Bermond, résidence (aujourd'hui détruite) de la famille impériale. Il opte donc pour un site éloigné mais en hauteur (topographie presque symbolique) : le "Vallon des roses", à la lisière de la Colline de Cimiez.

L'Isba
C'est sans doute l'une des plus rares (sinon la seule...) isba authentique et en parfait état que l'on puisse contempler en France. Depuis l'un des domaines ukrainiens du Baron, près de Kiev, elle a été transportée en pièces détachées par la Volga jusqu'à Odessa, puis par mer. Pièces de bois, ferrures, clous, tout a été remonté avec le soin que l'on devait à cette isba de belle taille, toute en rondins de sapin et en bois ouvragé (volets, plafond, encadrements de portes...). 

Pour l'ensemble des points mentionnés sur cette page : voir sur OpenStreetMap (aide) ou télécharger au format KML (aide).

Keyhole Markup Language — Wikipédia (wikipedia.org)

OpenStreetMap — Wikipédia (wikipedia.org)

Ou bien à partir de l’adresse :


Erol GIRAUDY : La Villa Xoucles de Cimiez en France.


Livret sur la BOUCLES-DECOUVERTE au format PDF (nice.fr - base cartographique).

Titre :  Plan de la ville de Nice avec le tracé des alignements projetés.

Auteur  :  Aune, François (18..-19..?). Auteur du texte
Éditeur  :  Visconti (Nice)
Date d'édition :  18..
Sujet :  Nice
Notice du catalogue :   http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40704528d
Type :  carte
Type :  image fixe
Langue  :  français
Format :  1 flle ; 86 x 58 cm
Format :  image/jpeg
Format :  Nombre total de vues : 1
Description :  Échelle(s) : 1:5 000
Droits  :  Consultable en ligne
Identifiant :  ark:/12148/btv1b53061968w
Source  :  Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE C-3719
Couverture:  France – Provence-Alpes-Côte-d'Azur – Alpes-Maritimes
Conservation numérique :  Bibliothèque nationale de France
Date de mise en ligne :  18/02/2014

Remonter le temps (ign.fr) :

H. MATISSE :



Selon les mémoires du Prince Ali Vasib Efendi, la Princesse Zekiye Sultan, son mari le Damad Nureddin Pacha, sa fille la Princesse Aliye Hanimsultan, son beau-fils Muhsin Yeghen et ses deux petits-fils Osman et Salih Yeghen vivaient dans une villa à Cimiez, à Nice. 

Couverture du livre sur les 
Memoirs of an Ottoman Prince.


SAI Le prince Ali Vâsib (connu en turc sous le nom de "Ali Vâsib Efendi" - ou, en utilisant son nom de famille turc, sous le nom de "Ali Vâsib Osmanoglu") est né au palais Çiragan, sur les rives du Bosphore à Istanbul, en 1903. 

Ses mémoires traitent avec la vie et l'époque de la famille impériale ottomane au cours des dernières années du sultanat ottoman, ainsi qu'avec sa vie pendant son exil forcé en Hongrie, en France et en Égypte. 

Pendant son séjour à Istanbul, il a été témoin de la Première Guerre mondiale, de l'abolition du sultanat en 1923 puis de celle du califat en 1924, date à laquelle il a été exilé avec le reste de la famille impériale. Il a finalement été autorisé à retourner dans son pays natal en 1974, après un demi-siècle d'exil. Ali Vâsib Efendi est le seul prince impérial ottoman à avoir écrit ses mémoires, et ils donnent un aperçu unique du peuple et de la politique de son époque. 

SAI Le prince Ali Vâsib, l'arrière-petit-fils du sultan Murad V, était à plusieurs reprises en présence des quatre derniers sultans ottomans ainsi que du dernier calife. Il connaissait personnellement les personnalités de l'époque - comme Enver Pacha. 

Il a été témoin d'événements clés de l'histoire ottomane des derniers jours de l'Empire. Il a vécu l'occupation d'Istanbul par les Alliés - la période la plus difficile de la cour ottomane - puis l'exil de la dynastie ottomane en 1924. 

De 1925 à 1935, il a vécu sur la Côte d'Azur, où de nombreux membres des familles royales européennes déchues s'étaient rassemblés. 

Plus tard, alors qu'il vivait en Égypte, il a vécu un deuxième traumatisme avec le renversement de la monarchie égyptienne. 


[i] Murat Bardakçı : Son Osmanlılar + Sürgündeki Hanedan 2 Kitap Set (merkezkitabevi.com)

https://www.merkezkitabevi.com/urun/son-osmanlilar-surgundeki-hanedan-2-kitap-set

Sources :


Son Osmanlılar + Sürgündeki Hanedan 2 Kitap Set (merkezkitabevi.com)

LIENS :





Que reste-t-il aujourd'hui à Nice de cet épisode ottoman ? Quelques princes très discrets et fabuleusement riches de leurs seuls souvenirs.

--- 
Erol GIRAUDY 
Erol GIRAUDY


mercredi 24 août 2022

L'EXILE - Les apatrides de la dynastie ottomane.

Les souvenirs d'exil "hantent" encore les membres de la dynastie Ottomane.

Il faut bien qu’il se soit joué là-bas un acte inoubliable de cette féerie noire qui a été ma vie, pour que je m’inquiète ainsi de la pensée d’y retourner ; pour que tout ce qui en vient, un mot tartare qui me repasse en tête, une arme d’Orient, une étoffe turque, un parfum, aussitôt me plonge dans une rêverie d’exilé où réapparaît Stamboul ! Pierre LOTI (Fantôme d'Orient).

C'est le soir du 5 mars 1924 qu'un train partit de la gare de Sirkeci à Istanbul et qu'un bateau leva son ancre au quai juste derrière la gare. Tous deux transportaient des membres de la dynastie ottomane vers des terres étrangères après une décision prise deux jours auparavant par le Parlement turc nouvellement créé de les exiler. Voici 100 ans que cela s'est passé.







Il y a 100 ans environ aujourd'hui, le Parlement Turc a décidé d'abolir le califat et d'expulser tous les membres de la famille ottomane. Les membres de la dynastie ottomane, qui ont établi un empire géant au cours de leurs 600 ans de règne sur cinq continents, ont eu des heures pour faire leurs adieux à leur patrie et se sont retrouvés sans aucun moyen financier pour commencer une nouvelle vie. 

La plupart des membres de la famille ont traversé diverses épreuves et ont été submergés par le mal du pays pendant leur exil. Arzu Enver Eroğan, l'arrière-petite-fille du sultan Abdülmecid II, le dernier calife ottoman, et petite-fille d'Enver Paşa, ministre de la Défense et chef d'état-major de l'Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale et personnage historique important, est l'un des membres de la famille ottomane avec qui Zaman de dimanche a parlé des tragédies que sa famille a subies pendant son exil. Le père d'Eroğan est le fils de la princesse Emine Naciye Sultan, la fille du sultan Abdülmecid. 

Sa grand-mère Naciye Sultan était mariée à Enver Paşa, qui est son grand-père. « Mon père, mes tantes et ma grand-mère vivaient à Nice avec le calife [Abdülmecit]. Il se sont installés à leur arrivée à hôtel ALHAMBRA, il y avait une suite de 80 personnes en plus de sa Famille (voir en bas de cet article), puis ils sont allés à la Villa Xoucles et enfin au Palais CARABACEL (malheureusement ces Palais ont disparu au profit de constructions modernes plus ou moins réussites).

Ils avaient de sérieux problèmes financiers. Bien qu'ils aient vécu dans des palais auparavant, ils se sont soudainement retrouvés à la rue. Ils étaient sans le sou et n'étaient pas prêts à s'adapter à une vie en dehors du palais. 

Ils se sont retrouvés sans patrie, sans aucun moyen financier pour subvenir à leurs besoins et ont été exilés avec un passeport français temporaire valable un an », a-t-elle déclaré dimanche à Zaman. 

Eroğan a déclaré que certains membres de la famille ottomane travaillaient comme chauffeurs de taxi ou gardiens de cimetière dans les pays où ils étaient exilés afin de subvenir à leurs besoins, tandis que certains membres féminins, comme Niloufer Farhat Begum Sahiba, ont choisi de se sauver en épousant des membres d'autres familles royales comme celles de l'Inde. 

Source :  L'Éclaireur du dimanche illustré

Debout, de gauche à droite : S.A.R. le Prince sahib ZADE AZAM JAH, S.A.I. La Princesse DURRU CHEHVAR. S.A.I. La Princesse NILOUFER HANIM SULTANA, S.A.R. Le Prince Sahib ZADE MOUAZAM JAH ; Au centre, assis : S.M.I. Le Kalife ABDUL MEDJID II et les jeunes Princesses de la famille impériale. La Princesse DURRU CHEHVAR était habillée par la Maison « Marie-Thérèse », de Nice. (Sadi-Photo).


Article, LES "RESM.I-DUYOUN" OU LES NOCES SOLENNELLES

Quel dommage que nous n'avions pas été à Hyderabad ! Nous eussions assisté à un spectacle féerique. Dans des carrosses aux moulures d'ivoire et d'or, deux couples jeunes et beaux auraient été conduits en leur palais aux sons des fanfares et parmi les acclamations d'une foule délirante ; un cortège immense les eût accompagnés, précédé des éléphants blancs au caparaçon serti de pierreries, les défenses jumelées par des chaînes d'argent fin. Des hommes d'armes, la hallebarde à l'épaule, auraient encadré, en la dominant de leur haute taille, la théorie des seigneurs au turban tissé de fils précieux. Et des tapis de fleurs auraient tracé un chemin de rêve et d'amour sous les babouches d'or des jolies princesses...

Nous n'avons pas eu ce spectacle, tout de faste extérieur. Mais ce n'est pas sans une émouvante grandeur que, dans la simplicité du foyer impérial de Cimiez, se sont déroulées les noces solennelles de S.A.I. la princesse Durru Chéhvar. Fille de S.M.I. le Kalife Abdul Medjid II. Le Commandeur des croyants, avec S.A.R. le prince Sahibzadé Azam Jah, héritier du trône d'Hyderabad, et de la princesse Niloufer Hanim Sultane avec le prince Sahibzadé Mouazam Jah.

Dans le grand salon du Palais Carabacel, se trouvaient réunis, autour du Kalife, les membres des familles impériale et royale, les hauts dignitaires et la suite des princes hindous et les familiers de la résidence.

Alors, précédés de délicieuses fillettes tout de blanc vêtues, couronnées de roses et portant des brassées de fleurs immaculées, descendirent, de l'escalier monumental, les nouveaux mariés.

En tête, le fils aîné du Nizam, offrant le bras à sa jeune épouse. Lui, en tunique brodée, le turban surmonté d'une aigrette, l'épée au côté. Elle, moulée dans une somptueuse toilette ds drap d'argent dont la grande simplicité de coupe faisait ressortir son altière beauté ; le corsage croisé, légèrement drapé, était noué sur le côté par deux coques d'argent dont les pans, souples et longs, se perdaient dans les plis harmonieux de la jupe. Le manteau de Cour, en même tissu, formait une majestueuse traîne de dix mètres. Une simple tulle, retenu par une torsade d'oranger, Encadrait visage à l'ovale si pur. Un voile souple et vaporeux complétait à ravir ce merveilleux ensemble, chef-d'œuvre de la Maison Marie-Thérèse.

Derrière eux, la princesse Niloufer Hanim Sultane, dont la grâce le disputait à l'élégance, s'appuyait au bras du prince Sahib zadé Moazzam Jah, en grande tenue également.

L'entrée de ces deux couples, si harmonieusement unis, avait tant de majesté et de charme à la fois que l'assistance entière éclata en applaudissements. On fêta longuement les jeunes mariés qui, après s être inclinés devant le Kalife, défilèrent dans les salons, sans cesse acclamés.

Puis, se déroula une très brillante réception. Princes et princesses ne laissèrent pas d'être l'objet des plus délicates attentions. Mais, à leur côté, de quelle déférence et profonde affection n'entoura-t-on pas, également, le Kalife Abdulmajid ! Chacun s'associa au bonheur de l'illustre vieillard, qui ne s'est pas contenté d'être un des plus puissants souverains de la Terre, et qui a forcé 1 admiration des artistes et des savants par ses travaux, comme il a sollicité, par sa bonté et sa grandeur d'âme, la fervente gratitude des plus humbles.

Dans une atmosphère de faste et d'intimité tous ensemble, cette joyeuse réunion nuptiale se poursuivit jusqu'à 1 heure du dîner. C'est le moment que choisirent les époux pour quitter le Palais Carabacel. Avec le même cérémonial qu'à leur entrée, princes et princesses prirent congé pour se rendre au Negresco, où ils ont fixé leur résidence pendant leur séjour à Nice.

Dans les premiers jours de décembre, ils quitteront définitivement nos rives d'azur. Un grand paquebot, monstre moderne qui a remplacé la frêle nef de Cythère les emmènera vers les Indes lointaines... Et Hyderabad, pendant trente jours et trente nuits, les fêtera.

Dans la poussière d'or du soleil triomphant Et la pâle clarté qui tombe des étoiles... D.-J. MARI.


Le mariage est célébré par Mtre Garibaldi et les robes des mariées ont été cousues par e Marie-Thérèse » (une maison de couture niçoise très en vogue.).


LL.AA.RR. Le Prince SAHIBZADÉ AZAM JAH et son frère le Prince SAHIBZADÉ MOUAZAM JAH se rendent auprès de leurs fiancées, parés de fleurs, portant autour du cou un long collier de roses rouges et blanches. (Photo Ramalli)

Au 1er rang, de gauche à droite : la jeune Princesse DURRU CHEHVAR. le Kalife ABDUL MEDJID II, la Princesse NILOUFER HANIM SULTANA et SHAVKET ALI. — Au 2me rang : 
HUSSEIN NAKIB BEY. Sir R. CHENEVIX TRENCH, le Prince SAHIBZADÉ AZAM JAH, le Prince OMER FAROUK.

KIAMIL BEY, le Prince ALI WASSIB, HAMY BEY, Sir AKBER HYDARI, le Prince OSMAN FUAD et le Prince SAHIBZADÉ MOUAZAM JAH. (Photo Ramalli)

Deux Grands Mariages Musulmans

Dans ce Palais Carabacel qui abrite, sur la jolie colline de Cimiez, l'œil du Kalife et de la famille impériale, une cérémonie, qui aura dans le monde musulman une immense et heureuse répercussion, vient de se dérouler.

Le fils aîné du Nizam d'Hyderabad, le seigneur indépendant le plus puissant de l'Inde, a épousé la fille du chef suprême de l'Islam, et le frère cadet de celui-ci a été uni à arrière-petite-fille du Sultan Mourad V de Turquie.

Grandiose cérémonie dont la gravité n'excluait pas un caractère joyeux de fête.

Et quel déploiement de faste, quel pittoresque, quelle somptuosité dans l'apparat. Ce ne fut pas, en effet, sans un certain décorum, que les deux Altesses firent leur entrée au Palais Carabacel.

Voici, en tête d'un long cortège de voitures une automobile toute fleurie. Deux jeunes hommes en descendent. Ils portent le costume national, fait d'une tunique vert amarante richement brodée, aux pieds des babouches dorées, le chef recouvert d'un turban jaune surmonté d'une aigrette et entièrement entouré de fleurs tressées. Autour du cou, ils ont passé un long collier fait de roses rouges et blanches entrelacées et ils portent à la main droite un glaive au pommeau d'or et au fourreau enrichi de pierreries.

Des autres voitures descendent les dignitaires et leur suite : Sir Akber Hydari, ministre des Finances et des Affaires étrangères d'Hyderabad. et Lady Akber Hydari ; le mawlana Shavket Ali, leader des Musulmans de l'Inde ; le nabab et la Bégun Mahdi Yar Jung, le major général Osman Yarud Dowlah Bahadur. le nabab Nasir Nawaz Yarud Dowlah Bahadur. Asif Ali Baig, Moulana Shaukat Ali, M. Faramesvara Iger, M. Ighal Hydari, Sir Richard Chenevix Trench, Mr et Mrs Burnett. Zahid Ali.

Tous ont revêtu leurs habits de gala, tuniques brodées et turbans chamarrés, épée au côté.

A la porte du Palais, des cipayes en tenue forment la haie d'honneur. Les deux princes s'avancent vers S.M.I. Le Kalife qu'entourent LL. AA. II. Le prince Şehzade Ormer Farouk. Le prince Osman Fuad et le prince Ali Vasib ; puis, derrière les membres de la famille impériale ; Damad Chériff Pacha, Lebib Bey, Rechid Sadi Bey, Kiamil Bey, Hussein Nakib Bey, Faredin Bey, Ahmed Rechid Bey, Hamy Bey, portant la fez rouge, et les invités du Kalife : le prince Isaac Mofakhan, Mr et Mrs Pickthall. M. André Ribard, le docteur Castelli et M. Arpiar M. Arparian,

C'est dans le vaste salon que va se dérouler la cérémonie du double mariage, cérémonie fort simple au demeurant et dont les femmes, les fiancées comprises, sont, suivant la coutume, absentes.

S.A.I. La princesse Durru Chéhvar est représentée par son frère, le prince  Şehzade Ömer Faruk ; ses témoins sont Rechid Sadi Bey et Hussein Nakid Bey ; la princesse Niloufer Harrim Sultana est représentée par son oncle, le prince Şehzade Osman Fuad ; ses témoins sont Hamy Bey et Lebib Bey.

Quant aux princes Sahibzadé Azam Jah et Sahibzadé Mouazan Jah, ils ont comme représentant commun Sir Akber Hydari, et comme témoins communs également, le nabab Madhi Yar Jung et le major général Osman Yarud Dowlah Bahadur.

C'est Mtre Grimaldi qui, en sa qualité de conseil juridique du Kalife, a rédigé le protocole sur lequel mariés, représentants et témoins apposent leur signature. Le Kalife fait fonctions d'officier de l'état-civil, assisté de S. Exc. Damad Chérif Pacha. M. Wiseman Keogh, consul de Grande-Bretagne, légalise L 'acte.

Pus, avec le cérémonial musulman, une prière est faite par toute l'assistance pour le bonheur des époux.
C'est fini. Les deux jeunes mariées viennent alors prendre part à la réception qui crée dans les salons largement ouverts la plus brillante animation.

----

La suite de cette triste histoire des exilés

Elle a ajouté qu'il y avait même des membres de la famille qui sont morts de faim ou se sont suicidés. Ce ne sont pas seulement les problèmes financiers qui ont rendu la vie difficile aux membres de la dynastie ottomane, car ils avaient également un désir éternel pour leur patrie. 

Eroğan a déclaré que sa grand-mère Naciye Sultan avait beaucoup souffert du mal du pays et était décédée d'un cancer cinq ans après avoir été autorisée à venir en Turquie en 1952. En 1952, la Turquie a autorisé les membres féminins de la famille ottomane et leurs enfants à rentrer dans le pays tandis que l'exil des membres masculins a pris fin en 1974 par décret gouvernemental. 

Une autre difficulté rencontrée par les membres exilés de la famille ottomane était le manque de sentiment d'appartenance à un lieu. « Je les appelle [les membres exilés de la famille] une génération perdue. Ils n'appartenaient ni à la Turquie ni à l'Europe », a-t-elle déclaré, ajoutant que son père, Ali Enver, qui est revenu en Turquie après que les hommes de la dynastie ottomane ont été autorisés à revenir, a quitté le pays parce qu'il ne pouvait pas s'adapter à la vie en Turquie et est allé en Australie, où il a perdu la vie. 

Lorsqu'on lui a demandé par Zaman le dimanche si elle avait personnellement du ressentiment envers Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la nation, parce qu'il avait exilé sa famille, Eroğlu a déclaré qu'elle n'avait aucun ressentiment parce qu'il établissait un nouvel État et devait prendre certaines mesures pour établir une nouvelle règle. 

Elle a dit qu'elle en voulait en fait à ceux qui qualifiaient ses grands-pères de "traîtres" parce qu'ils avaient quitté le pays. Resan İris est encore un autre membre de la dynastie ottomane. Son père est le fils de la petite-fille du sultan Murad V, Fatma Sultan. Interrogée sur les souvenirs qu'elle avait l'habitude d'entendre de ses aînés concernant les années d'exil, İris a déclaré que son père, avec ses grands-parents, avait déménagé à Budapest, à Vienne puis en Bulgarie après la décision parlementaire de 1924 d'exiler la famille ottomane. 

« Mon père avait 8 ans à l'époque. Il avait l'habitude de dire qu'il était heureux d'apprendre qu'ils quittaient le palais [d'Ortaköy] parce qu'il trouvait la vie là-bas ennuyeuse », a-t-elle déclaré, ajoutant que la vie à l'étranger s'avérait très difficile pour sa famille. « Mon père a même été condamné à la peine de mort en Bulgarie pour avoir été un espion pendant la révolution. Il a été emprisonné pendant sept ans et demi et a été sauvé grâce aux efforts de [l'ancien Premier ministre Adnan] Menderes et de la femme d'Atatürk, Latife Hanım. Il a été extradé vers la Turquie grâce à un échange de prisonniers », a-t-elle expliqué. Après le retour de son père en Turquie, İris a déclaré qu'il s'était toujours senti en conflit. 

"Parfois, il disait qu'il était Européen, parfois Ottoman. Il y avait toujours un conflit en lui », a-t-elle déclaré dimanche à Zaman. Kayıhan Osmanoğlu, le petit-fils du sultan Abdülhamid II, est le premier şehzade (prince) ottoman à être né en Turquie après l'exil. 

Contrairement à d'autres membres de la dynastie ottomane, Osmanoğlu en veut à Atatürk pour sa décision d'exiler les membres de sa famille. (De la famille ottomane). 

Un autre membre de la famille royale ottomane, Bala Hodo, l'arrière-petite-fille du sultan Mehmed V (Reşad), dont la grand-mère faisait partie des membres exilés de la famille, a déclaré que sa grand-mère était d'abord partie en Égypte, au Liban puis en Hongrie. 
« J'ai entendu de ma mère que la raison pour laquelle ma grand-mère a déménagé en Hongrie était due à son désir de se rapprocher de la Turquie. 
Elle souffrait de tuberculose et avait l'habitude de dire : "Si je pouvais boire un verre d'eau de ma terre, je pourrais guérir", a déclaré Hodo. Sa grand-mère est décédée à l'âge de 19 ans au Liban alors qu'elle aspirait encore à sa patrie. 

Ma Grand-mère Princesse Kadrie elle aussi a souffert de la tuberculose, elle est morte très jeune. Bien d'autres Princes et Princesses sont mort avant et pendant la deuxième guerre mondiale.

Désormais, Le calife peut s'adonner à sa passion, la peinture.  Eh oui, la peinture ! La chose peut paraitre bizarre pour le chef spirituel d'une religion qui Interdit formellement la représentation des êtres vivants, Mais Abdul Medjid adore peindre et il a jadis composé un coucher de soleil sur le Bosphore pour Pierre Loti : Maintenant, il fait son autoportrait, une œuvre d'une très honnête facture et d'un charmant réalisme que M Figutra et son équipe ont conservé avec soin au musée Massena à Nice.




Autoportrait d’Abdülmecid II, l’une des 60 œuvres connues du prince ottoman 
(Musée Sakıp Sabancı)

Le dernier sultan de l'Empire ottoman était Mehmed VI (1918–1922). 

Il fut déposé lorsque le sultanat fut aboli par la Grande Assemblée nationale de Turquie, abandonna le pays et mourut en Italie en 1926. Le sultan ottoman portant également le titre de calife, Mehmed fut remplacé au califat par son cousin germain Abdulmejid II. (1922–1924), qui devait agir comme une figure uniquement religieuse. 

          À la fin, cependant, le califat a également été aboli en 1924 et Abdulmejid a été exilé.

Cependant, cela ne signifie pas que la maison d'Osman est éteinte. Il y a de nombreux membres vivants et bien vivants en Turquie et à l'étranger. Ils utilisent principalement le nom de famille Osmanoğlu. 

Le chef de la maison était Ali Osman (Il est mort en janvier 18, 2021, Damas, Syrie).

Exil et dernières années

Le sultan Mehmed VI, quittant le palais de Dolmabahçe à Constantinople quelques jours après sa déposition.



L'ancien sultan arrivé à Malte, le 9 décembre 1922 sur un bateau de guerre Britannique.
Le 17 novembre 1922, Mehmed VI quitte Constantinople sur le cuirassé britannique HMS Malaya. Craignant d'être jugé, il trouve refuge à Malte. Le 18 novembre, la Grande assemblée nationale élit Abdülmecid II, cousin du sultan déchu, nouveau calife. L'ancien sultan ne reconnaît pas la décision de la Grande assemblée nationale de le déchoir de son titre de calife. Quelques semaines après son arrivée à Malte, il se rend à La Mecque à l'invitation du chérif Hussein (15 janvier - 2 mai 1923). Cependant, ses intentions lors de ce pèlerinage sont mal connues.

En mai 1923, il s'installe à Sanremo, en Ligurie, Italie. Ses dernières années de vie sont vécues dans des conditions matérielles difficiles, le sultan ayant abandonné sa fortune lors de son départ en exil. Il meurt d'une crise cardiaque le 16 mai 1926 à l'âge de 65 ans. Ses funérailles sont célébrées à Damas où il est inhumé, son corps n'étant pas accepté en Turquie.

Ma mère me disait souvent : « nous sommes des apatrides, des exilés ». Je ne comprenais pas bien ce qu’elle voulait me dire, j’étais un enfant de 6 ans. Bien entendu avec le temps j’ai bien compris ce que cela signifiait. Par la suite cette idée a pris une certaine consistance dans mon esprit, j’ai lu des écrits sur les Ottomans les occurrences du mot EXIL sont majoritaires et bien sûr ceci est devenu une réalité pour moi, ce sujet était le cœur de leurs hantises et de leurs désespoirs il y a 100 ans.

Ces tristes histoires et cet exil Familiale, pourraient faire l'objet d'un livre.


Rédiger ce document me permet de mieux comprendre l'exil de ma famille apatride et « d'approcher » de nombreuses personnes, ainsi que des turcs qui connaissent très bien l’histoire des Ottomans (Les Osmanoglu sont toujours dans le cœur des Turcs).

Le 3 mars 1924. 

Les dirigeants de la République turque nouvellement formée ordonnèrent l'exil des membres de la famille royale ottomane. Cela ne signifiait pas seulement la déportation, mais signifiait également le début d'un voyage qui comprenait des conditions de vie difficiles dans différentes parties du monde.

Lorsque le sultanat et le califat ottomans ont été abolis, 156 ou 155 personnes appartenant à la famille royale se sont vu refuser la citoyenneté turque par une loi entrée en vigueur le 3 mars 1924 et ont été expulsées dans les trois jours suivants. Avec ceux qui étaient exilés avec leurs parents ou leurs enfants, même s'ils n'étaient pas soumis à la loi, et les serviteurs qui ne voulaient pas quitter leurs maîtres, le nombre d'exilés atteignait des centaines. La loi leur interdisait même de passer par la Turquie en transit. On leur a également dit de liquider leurs actifs dans un délai d'un an, sinon ils seraient saisis par le Trésor. Le sultan Mehmed VI s'est exilé plus tôt. Le sultan Abdülmecid II et sa famille ont été expulsés dans les 24 heures, avant même que la loi n'entre en vigueur, et ils sont montés à bord d'un train à Çatalca au lieu de Sirkeci car les responsables craignaient les manifestations. Le directeur juif de la gare a été la dernière personne à témoigner du respect au sultan dans son pays natal.

Bien que les femmes aient été interdites de gouverner un pays dans la tradition ottomane-islamique, les femmes et leurs enfants, même les mariés et les mariées, de la famille ottomane ont été exilés. Aucune des dynasties des empires européens renversés par la révolution n'a été traitée de la sorte ; seuls les monarques ont été exilés et leurs biens et avoirs leur ont été restitués peu de temps après. Seuls le tsar et la tsarine de Russie ont été massacrés avec leurs enfants, et c'était parce que l'armée blanche tsariste était sur le point de sauver le tsar et sa famille.

Les membres de la famille ottomane ont reçu des passeports à sens unique. Ils voulaient aller en Égypte, l'un des pays autrefois situés à l'intérieur des frontières de l'Empire ottoman, mais ni les Britanniques, qui régnaient sur la région, ni le roi Fouad, qui était jaloux des Ottomans, ne les ont laissés s'y installer. Lorsqu'ils ont voulu se rendre en Syrie, car elle était proche de leur patrie, la République de Turquie nouvellement établie l'en a empêché. Par conséquent, certains membres de la famille ottomane se sont installés à Beyrouth sous le règne des Français et les autres se sont dispersés dans toute l'Europe. Leurs palais ont été saccagés sous la surveillance de la police avant même leur départ. Certains pouvaient vendre leurs maisons, antiquités et œuvres d'art de valeur pour presque rien et certains les donnaient à ceux en qui ils avaient confiance. Certains de ces "de confiance" les gens les ont trahis et ont pris tout leur argent et leurs biens tandis que le reste des biens a été saisi par l'État et leur droit de succession, hérité de leurs grands-pères, a été rendu invalide. Ainsi, une cruauté qui n'a pas été vécue tant de fois dans le monde a été jugée appropriée pour les défunts d'Osman, le fondateur de l'Empire ottoman. La famille ottomane, qui descendait du légendaire Oghuz Khagan et était l'une des plus anciennes dynasties du monde, a été chassée de la scène politique.

La famille ottomane ne pouvait pas croire ce qui se passait. Ils avaient entendu des rumeurs sur l'abolition du sultanat à la veille de l'exil, mais ils pensaient que le public les aimait et les favorisait encore et ne présumait même pas une telle chose. Une fois bannis, ils pensaient que l'exil était une situation temporaire. En fait, la plupart d'entre eux n'ont pas emporté tous leurs biens avec eux car ils pensaient qu'ils rentreraient chez eux dans quelques mois. Cependant, l'exil a duré 30 ans pour les femmes et 50 ans pour les hommes. Tous vivaient en exil avec un pays et un passeport. Les princes ont été formés dans l'armée, dont ils ne pouvaient pas faire usage pendant l'exil. Il n'était pas possible pour les sultans âgés de travailler pour gagner leur vie. Ces gens qui avaient l'habitude de donner de l'argent à des organismes de bienfaisance n'avaient pas d'argent en banque ni d'argent liquide sur eux. 

Lorsqu'ils ont été exilés de la République turque, chaque famille a reçu 1 000 TL, qui ne couvraient que leurs frais de voyage et d'entretien pendant un mois.  Après avoir sous-vendu leurs bijoux...

Des nobles musulmans tels qu'Osman Ali Khan, Asaf Jah VII, le dirigeant d'Hyderabad, qui est situé dans l'Inde actuelle, le prince égyptien Ömer Tosun et le roi du Hejaz Husain ibn Ali ont tenté d'aider financièrement les membres de cette dynastie déchue, mais la plupart de l'aide n'a pas atteint ceux qui en avaient besoin car la famille royale était dispersée dans le monde entier. 

De plus, le gouvernement d'Ankara réagit aux mariages entre étrangers et membres de la famille royale et surveille chacun de leurs pas dans l'exil. En conséquence, la France n'a pas accordé la citoyenneté aux descendants de Soliman le Magnifique qui a sauvé le roi français François Ier, mais leur a donné des passeports qui leur ont permis de voyager librement.

La famille ottomane était confrontée à la pauvreté, aux privations et aux maladies en plus du mal du pays et de la douleur de l'injustice. Cependant, ils vivaient tous dans la dignité et avec leur honneur. 

Ils ont été blessés par le traitement qu'ils ont subi, mais ils n'ont jamais travaillé contre leur pays. 

Les femmes de la famille ottomane ont été amnistiées en 1952 par le gouvernement dirigé par Adnan Menderes et l'amnistie générale, entrée en vigueur en 1974, a permis aux princes ottomans de retourner dans leur patrie. 

Cependant, on ne peut s'empêcher de se demander s'ils ont attendu pour accorder l'amnistie à la famille royale. Apparemment, la République de Turquie craignait encore ces personnes désespérées et exilées. Lorsque l'amnistie générale a été mise en pratique, très peu sont retournés en Turquie. Les jeunes se sont installés en exil et ont fondé des familles. Ceux qui sont revenus n'ont pas obtenu la nationalité turque immédiatement.



---------------------------------------------

L'Alhambra Nice




Il s’agit d’une commande de la vicomtesse de Bernis qui le loue sur plan à madame Sabatier signataire du bail commercial avec l’hôtelier suisse Candrian. En 1900, sa construction est confiée à l’architecte Jules Sioly (1870, Nice — 1935, Nice)1. Le style mauresque choisi n’est pas un choix personnel de l’architecte, mais plutôt un clin d'œil racoleur vers une clientèle hivernante, à cette époque, éprise d'exotisme. La technique de construction est obtenue simplement par des placages décoratifs plus ou moins complets (arcs outrepassés, minarets) sur une façade classique généralement haussmannienne2.
Le corps de bâtiment se développe sur un plan en V avec ses ailes en est et en ouest.

L'hôtel ouvre en 1901. Il possède tout le confort pour attirer une clientèle fortunée pendant la saison qui se limite alors à l'hiver.

Pendant la Première Guerre mondiale, l'hôtel est réquisitionné et sert d'hôpital auxiliaire.
À la sortie de la guerre, le nouveau propriétaire le rénove. Durant les années folles, la saison n'est plus réduite3 au mois de février et mars : le nouveau propriétaire, l'hôtelier Louis Leospo y inaugure un restaurant d'été dans le style de l'hôtel 4. Après la Seconde Guerre mondiale, et comme beaucoup d'hôtels de la Riviera, l’édifice est transformé en immeuble d’habitation.
La Seconde Guerre mondiale marque l'arrêt de l'hôtel. Il est transformé en immeuble de logements en 1947. L'immeuble devient une copropriété en 19515.

Les façades et toiture du bâtiment de l'ancien hôtel, actuellement Résidence Alhambra ; à l'intérieur le vestibule d'entrée, le grand hall avec sa cheminée, la cage de l'escalier principal avec son ascenseur et le parc en totalité sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 20 juin 20006.

L'édifice a reçu le label « Patrimoine du xxe siècle » 
À partir de l’adresse <https://fr.wikipedia.org/wiki/Alhambra_(Nice)> 

L'Alhambra est l'un des exemples les plus spectaculaires d'un ancien hôtel de style néo-mauresque sur la côte d'Azur. Il est situé sur une parcelle délimitée par le no 46-48 du boulevard de Cimiez en ouest, et par l'avenue de Villebois Mareuil en est, de la commune de Nice.

--------------------------------------------

Autres sources :


Memoirs of an Ottoman Prince: Ali Vasib Efendi:

L'Éclaireur du dimanche illustré | 1931-11-01 | Gallica (bnf.fr)

Misc. Articles - Ayşe Osmanoğlu (ayseosmanoglu.com)




AVEC MON PÈRE LE SULTAN ABDULHAMID - De son palais à la prison - OSMNANOGLU A. - livre, ebook, epub (editions-harmattan.fr)


Neslişah : Une princesse ottomane à l'ère républicaine.

Alhambra (Nice) — Wikipédia (wikipedia.org)

Erol GIRAUDY: Le voyage d'exil et la vie d'exil du dernier calife Abdülmecid II

Erol GIRAUDY: La Villa Xoucles de Cimiez en France.

Peintures du calife (haberturk.com)

LE TABLEAU DU CALIFE OTTOMAN ABDULMECID II - Turquie News (turquie-news.com)

Abdülmecid II : artiste, musicien et dernier calife de l’islam | Middle East Eye édition française

Les deux articles de L'Éclaireur du dimanche illustré.




---
Erol GIRAUDY