lundi 19 juillet 2021

Les CUBAINS de NICE

Une histoire  celle de : Francisco GIRAUDY from NICE FRANCE.

De origen francés, Giraudy se instala en Saint Domingue como armador. Con motivo de los acontecimientos relacionados con la revolución haitiana, Giraudy emigra a Cuba y se instala en Santiago de Cuba como comerciante. Ya allí, solicita la legitimación de los trece hijos naturales que tuvo con Luisa Cassard.



Les GIRAUDY et Giraudi de Cuba


Les cousins Cubains. Il y a plus de 50 ans, un bruit circulait dans la famille GIRAUDY sur un parent qui serait parti à la révolution française.

J'ai trouvé son nom dans les Archives Nationales, son père avait été guillotiné à NICE.

Entre temps en 25 avril 2008 sur Facebook,  j'avais créé un groupe GIRAUDY'S. Afin de mettre en liaison des GIRAUDY dans le monde.
Effectivement des Cubains se sont inscrits... Mais je ne pensais pas à  la généalogie.

En 2019, j'ai classé des archives et ceci est devenu une évidence.
Et, j'ai commencé les recherches...





  • Née vers 1797 - Anse-à-Veau, Jérémie, Saint-Domingue.
  • Baptisée le 6 janvier 1798 - Catedral de Santiago de Cuba.


  • Née vers 1797 - Anse-à-Veau, Jérémie, Saint-Domingue.
  • Baptisée le 6 janvier 1798 - Catedral de Santiago de Cuba.

Frères et sœurs




Les origines des GIRAUDY Cubains sont bien de NICE et de Malte. 

Incroyable aventure :

Après des mois de lecture de vieux documents et de vérifications multiples. Une piste s'est avérée juste.

Découverte sur MyHeritage d'une généalogie très intéressantes.

Mais pourquoi cette recherche ?

Il y a longtemps ma grand-mère m'avait parlé de ces cousins Cubains. En 1965...

Soudain il y a quelques années j'ai créé une page Facebook GIRAUDY 's et invité, des GIRAUDY... Quelques années passent et je me lance. Car des Cubains au nom de GIRAUDY sont inscrits.

Voir aussi cette page sur ce sujet :
https://erolgiraudy.blogspot.com/2020/01/cuba-et-giraudy.html
Voici le début de l'histoire !


--- 
 Pierre Erol GIRAUDY 
https://www.erolgiraudy.eu

lundi 26 avril 2021

L'Australien

Mon Oncle Albert  LONGONI en AUSTRALIE

Le fils de Joseph et Marie LONGONI (SUISSE, HERSAU).


Albert LONGONI.


Son fils a été un héros de la guerre de 1945.



Article relatant la vie professionnelle d'Albert en AUSTRALIE.

Les bases du succès à long terme de l'entreprise Malcolm Moore Pty Ltd ont été posées en grande partie par la contribution de deux innovateurs en ingénierie, Malcolm Moore et Albert Longoni. Moore avait un fort sens des affaires avec un oeil pour l'amélioration des équipements existants et une passion pour l'efficacité de la production, tandis que Longoni a été l'un des premiers à adopter de nouvelles techniques de fabrication qui a introduit l'approche européenne de la conception technique et était adepte de la mise en service d'installations d'ingénierie complexes. Ils venaient de milieux contrastés. 

Malcolm Stewart Moore est né à Brisbane en 1888. 

Son père était un ferronnier qui travaillait pour la succursale de Brisbane de l'importateur et distributeur de machines fondé à Melbourne par son beau-père, Alfred Shaw & Co. La famille Moore est devenue insolvable en 1897 lorsque l'entreprise a fait faillite. Ils ont déménagé à Melbourne vers 1902 et se sont installés à Elsternwick. Moore a terminé ses études à Caufield Grammar et est diplômé de l'Université de Melbourne en génie minier (1911) et en génie civil (1912). En tant qu'assistant ingénieur nouvellement diplômé sur la construction de la ligne Bairnsdale à Orbost, il a introduit des méthodes d'excavation plus efficaces et plus rentables en utilisant une benne preneuse qu'il a conçue. Il a également été félicité pour les autres méthodes de construction innovantes qu'il a introduites. [1]

Moore a travaillé en Grande-Bretagne pendant la Première Guerre mondiale. 

En 1915-16, il était directeur général adjoint des usines nationales de projectiles à Glasgow où il a expérimenté ce qu'il fallait pour construire une nouvelle usine de fabrication dans des délais serrés et pour former une nouvelle main-d'œuvre, principalement des femmes, à des méthodes de production relativement sophistiquées. . Par la suite, il a été directeur de la section des usines nationales d'ordonnances, à Londres. En 1916, son frère John Heywood Moore est tué au combat en France. Moore est retourné en Australie en 1919 et a vécu avec ses parents à Shepparton où son père était maintenant un verger. 

En 1920, Moore a lancé sa propre entreprise en tant qu'ingénieur-conseil, mais a également agi en tant qu'agent pour des équipements d'ingénierie, notamment la bétonnière brevetée Multi-mix. Un an plus tard, il a obtenu son premier brevet australien, pour des améliorations dans la benne preneuse et une nouvelle grue conçue par Moore et fabriquée par Austral Otis Engineering de South Melbourne, qui comportait ce soi-disant seau à benne «Malcolm». 

En octobre 1921, Malcolm Moore Pty Ltd, offrant des services de génie civil et mécanique, était enregistrée au capital de 10 000 £. Les bureaux étaient à Queen Street et les trois administrateurs de cette société privée étaient Malcolm Moore, Theodore Lloyd et Donald Baxter. Au cours des premières années, la nouvelle société a remporté de nombreux appels d'offres, notamment ceux pour la livraison d'équipements à Victorian Railways et à la Commission de l'électricité pour la manutention du béton, une usine de concassage de charbon adapté au lignite à la Commission de l'électricité et des palans électriques pour le Sydney Harbour Trust. 



Moore a également créé la Tractor Appliance Company Ltd (ou TACL), qui vendait des outils agricoles et était le distributeur des tracteurs Fordson à Victoria. Entre 1923 et 1927, il a obtenu dix-sept brevets australiens, dont treize impliquaient des améliorations aux tracteurs, y compris leur conversion en grues mobiles, ascenseurs, excavatrices, bancs de scie, rouleaux compresseurs et même de petites locomotives. Il continuera à innover et à breveter ses idées tout au long de sa carrière.


Avec l'augmentation des commandes, en mars 1927, la société est devenue publique, devenant Malcolm Moore Ltd. d'abord dans ce qui allait devenir un complexe industriel majeur.

Alberto Joseph Longoni est né en 1889 à Herisau, en Suisse alémanique. 


Son grand-père et son oncle étaient des entrepreneurs qui construisaient principalement des routes, tandis que son père possédait une carrière qui fournissait du grès pour les projets de construction. Longoni a étudié l'ingénierie à l'Université technique fédérale de Zurich. Pendant ce temps, il entreprit le service militaire obligatoire dans la cavalerie suisse. 
À l'université, il entendit des histoires d'Australie d'un camarade de classe alors, peu de temps après avoir obtenu son diplôme en mars 1914, il s'embarqua pour Sydney.
 À quelques mois du début de la Première Guerre mondiale, son timing était malheureux. En tant qu'étranger, il était tenu de s'inscrire et de se présenter à chaque fois qu'il changeait d'adresse.

Au cours des six années suivantes, il a travaillé comme ingénieur de conception et de construction sur un certain nombre de grands projets; d'abord l'usine de ciment et de chaux de Kandos près de Mudgee en Nouvelle-Galles du Sud, puis en tant qu'ingénieur en chef de la construction de l'usine de ciment et de chaux du Queensland à Darra, près de Brisbane. Par la suite, il a enquêté sur un gisement de chaux à WA pour un syndicat sud-australien, puis a travaillé à la rénovation des fonderies de Port Pirie. 
À la fin de 1919, Longoni déménage à Melbourne et s'installe en tant qu'ingénieur-conseil, fournissant des services professionnels en génie civil et mécanique axés sur la conception. Compte tenu des incertitudes auxquelles il était confronté pour trouver du travail pendant les années de guerre, il est devenu un Australien naturalisé en 1920. 


Il a été ingénieur en chef pour la conception et la construction de l'usine de ciment de Portland sur l'île Maria, en Tasmanie, de 1920 à 1922. Il est ensuite retourné au conseil et sa première association avec Port Melbourne est venue en 1924 quand il a fourni un rapport technique favorable dans le cadre du prospectus pour faire flotter une société pour agrandir l'usine de fabrication de briques Cindcrete à Ingles Street. Ce produit de construction unique était une caractéristique déterminante des «maisons de banque» jumelées construites à Garden City.




Au cours de cette période, la trajectoire de la carrière de Longoni a changé alors qu'il commençait à être le pionnier de la conception de structures en acier soudées à l'arc pour les applications mécaniques. Ces travaux ont été réalisés en étroite collaboration avec Quasi-Arc, le fournisseur britannique d'équipements de soudage électrique, son distributeur local, Robert Bryce & Co, et Harry Grove, qui dirigeait le département de construction de la Metropolitan Gas Company. Longoni a ensuite développé des informations techniques sur les structures soudées et des conseils pratiques pour les ingénieurs concepteurs. C'était l'époque où la plupart des structures en fer et en acier étaient fabriquées à l'aide de rivets ou d'assemblages boulonnés. 


Moore et Longoni ont uni leurs forces pour la première fois au milieu des années 1920. Longoni a conçu une variété de pièces d'usine et d'équipement qui ont été fabriquées par Malcom Moore. Celles-ci comprenaient des camions et une station de basculement de camions pour Geelong Cement Company et des transporteurs à benne pour les usines de gaz Footscray et la centrale électrique de Newport. Cependant, le plein potentiel de leur partenariat a été réalisé en 1932 lorsque la société a remporté l'appel d'offres, contre les principaux concurrents britanniques, pour concevoir et construire une installation de manutention de charbon à la pointe de la technologie à l'usine de West Melbourne de la Metropolitan Gas Company. La paire de chargeurs au cœur du système était réputée à l'époque pour être la plus grande grue entièrement soudée au monde.




Dès le début de sa carrière, Moore avait conçu et construit de nombreuses grues à godets et petits systèmes de convoyage. L'ajout de l'expérience de Longoni dans la conception, la construction et la mise en service de grandes cimenteries ainsi que son expertise avec les structures soudées en ont fait une équipe de classe mondiale. 

Avec une véritable nonchalance d'ingénierie, M. AJ Longoni, ingénieur superviseur de Malcolm Moore Ltd., qui a installé l'usine a sifflé hier à North Wharf et a mis en marche les nouvelles machines mécaniques de manutention du charbon de la Metropolitan Gas Co. Comme 40 tonnes de le charbon a été soulevé par la benne et transporté par courroie vers l'usine à gaz de West Melbourne, pour le plus grand plaisir de 160 ingénieurs et experts en gaz, M. Longoni m'a dit que ce n'était pas la première fois qu'il regardait une telle performance, car mon travail consiste à obtenir des choses. se déplaçant de cette manière. [ 2 ]

Ce projet a consolidé la réputation de Malcolm Moore et a conduit à des commandes de systèmes de manutention de charbon similaires ailleurs en Australie. Longoni a continué à fournir des services de conception en tant que consultant à Malcolm Moore avant de rejoindre finalement l'entreprise en 1936 en tant que directeur et de devenir ingénieur en chef. Malcolm Moore était l'une des nombreuses grandes entreprises locales à avoir fait de la  publicité  dans le cadre du programme souvenir du centenaire de Port Melbourne en 1939 . Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'entreprise a fourni des ponts roulants et des équipements connexes pour aider à la production de munitions ainsi qu'à la construction de routes et au terrassement pour l'armée. Moore était consultant auprès du gouvernement et membre du Australian Army Mechanization Board.

En 1946, Malcolm Moore a subi une restructuration majeure avec la société de portefeuille, Malcolm Moore Industries Ltd., en cours de création pour superviser cinq divisions d'exploitation distinctes basées sur les types de produits; grues, convoyeurs, terrassement, machinerie agricole et hydraulique. Au début des années 1950, Moore a quitté ses fonctions de directeur général et de président pour poursuivre ses passions pour la formation en gestion industrielle et son travail de longue date avec le Royal Flying Doctor Service. Albert Longoni est resté actif chez Malcom Moore, supervisant les grands projets de manutention du charbon jusqu'à sa mort prématurée en 1954. Une époque était terminée.



Si vous avez des histoires à partager sur votre travail pour Malcom Moore, veuillez les publier  ici . Si vous souhaitez commenter cette histoire, veuillez le faire ci-dessous. 

Arbre des LONGONI (Clara ma Grand-Mère s'est mariée avec A. GIRAUDY à NICE.)


Remerciements: Nous remercions les petits-enfants d'Albert Longoni qui ont mis à disposition nombre de ses documents et photographies. 

David Radcliffe a parlé de Malcolm Moore et Albert Longoni lors de notre réunion d'octobre 2020. Vous pouvez consulter sa présentation ici : https://youtu.be/n9YBmLuazmI

Only a fragment of the presence of the massive engineering firm of Malcolm Moore Pty Ltd survives in Bertie St, Port Melbourne.


[1]  Prendre le train pour Orbost:  Engineering Heritage Australia, Vol 1 No 5, décembre 2014, p18.
[2]  Herald (Melbourne) 17 novembre 1933, p 6.
Filed Under: En vedette , Personnes , Histoire de Port Melbourne Marqué avec: Albert Longoni , ingénierie , industrie et commerce , Malcolm Moore , Malcolm Moore Pty Ltd

Source en Anglais : 




--- 

 Pierre Erol GIRAUDY 
https://www.erolgiraudy.eu

La guerre d'Albert LONGONI en 1945.

Une histoire extraordinaire de l'un de mes oncles Albert LONGONI en AUSTRALIE.

Histoire: John Coldwell de Cobram lit une pile de lettres envoyées par son oncle pendant la Seconde Guerre mondiale.

John Coldwell de Cobram n'a jamais rencontré son oncle Albert Ernest Longoni - mais il en sait plus sur lui que la plupart de ses amis les plus proches et de sa famille, même si Albert est mort en 1943, avant la naissance de John.

Mais M. Coldwell a pu rencontrer et connaître son oncle grâce aux nombreuses lettres qu'Albert a écrites alors qu'il était en service actif avec la Royal Australian Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le dernier a été écrit seulement 11 jours avant sa mort.

Le trésor de la famille, avec l’histoire remarquable du service d’un jeune homme, n’a été découvert que lorsque la grand-mère de M. Coldwell, Ellen Mary Longoni, est décédée au début des années 1970.
«Lorsque ma grand-mère est décédée, parmi toutes les boîtes et tout ce qu'elle a laissé, il y avait un grand coffre-fort et il était rempli de lettres de la ligne de front», a déclaré M. Coldwell.

«J'ai pris ma retraite en 2013, je suis retourné à Cobram, et avec un peu de temps libre, j'ai commencé à m'intéresser à l'histoire de la famille,»

Ce qui s'est avéré être littéralement une trace écrite a également fourni à M. Coldwell un portail vers le passé.

Les lettres d'Albert à sa mère et à sa famille racontent l'histoire d'un jeune homme articulé loin de chez lui, dans une zone de guerre et risquant sa vie dans le ciel tous les jours.

Albert a commencé à écrire à partir de sa base d'entraînement avant même d'avoir quitté l'Australie et la trace écrite s'est poursuivie jusqu'à ce que le jeune pilote soit abattu par les Japonais le 15 mars 1943.
Mais pour savoir comment Albert est mort, l'histoire de sa vie doit passer en premier.

Il est né le 12 mars 1919 à Port Pirie, Australie-Méridionale, d'Ellen Mary et Albert Joseph Longoni. Albert Sr, un ingénieur suisse-allemand qui a connu un franc succès dans son domaine, a émigré en Australie au début des années 1900.
Ellen, originaire du Danemark et parent du célèbre auteur Hans Christian Andersen, était également venue en Australie à la même époque.

Ayant grandi à Toorak, depuis son plus jeune âge, Albert semblait fasciné par l'idée de voler - et d'être pilote. Fréquentant Camberwell Grammar School aux côtés de leurs copains Athol Snook et David Mosie, le trio inséparable a partagé d'innombrables heures avec des modèles réduits d'avions tout au long de leurs années de scolarité.

«Albert adorait les avions et passait beaucoup de temps à construire des modèles», a déclaré M. Coldwell.

Cette passion a été grandement aidée par l'implication de son père ingénieur, qui a rapidement mis en place un atelier avec des outils à utiliser par son fils.
"Ma mère raconte des histoires de couverts disparus parce que les garçons les cassaient, les fondaient et en fabriquaient leurs petits moteurs pour leurs avions."

Des années plus tard, ils prendraient leur envol dans la réalité.

Mais avant même qu'Albert ne s'assoie à sa première série de commandes d'avion, il avait démontré la bravoure qui le porterait dans les cieux meurtriers du Pacifique en temps de guerre.
À Melbourne, en 1937, un étudiant universitaire de 18 ans de taille légère a vu quelqu'un essayer d'arracher un sac à main à une femme qui passait.
Il n’a pas hésité à affronter le bandit potentiel et a contribué à ce que la police puisse arrêter le délinquant.

Malheureusement, la prochaine étape de la vie d’Albert ne s’est pas terminée aussi heureusement.
Lorsque la guerre éclata en 1939, Albert fut immédiatement dans la ligne d'enrôlement et, comme c'est le cas pour les militaires, il passa ensuite des mois à s'entraîner, se déplaçant de base en base en cours de route.

Pendant tout ce temps, il a catalogué sa nouvelle vie, ses pensées et ses regrets dans un flot interminable de lettres à ses parents.

Après avoir examiné les piles de lettres, M. Coldwell en sait tellement sur le jeune homme qu'il aurait presque pu y servir à ses côtés.

"En lisant ces lettres, elles sont tellement descriptives - c'est comme regarder tout cela à la télévision", a déclaré M. Coldwell.

«D'une certaine manière, il était plus détaché de son père, et donc quand il écrivait à sa mère, c'était plus une question de famille, plus de cœur.
«Mais quant aux lettres adressées à« Cher papa », elles sont beaucoup plus formelles, beaucoup plus primitives et appropriées. Ils se parlent de choses techniques, de choses père et fils. "

Après avoir rebondi autour de divers postes dont Laverton, Essendon, Tamworth et Forest Hill, Albert reçut finalement ses ordres de marche et son premier poste de combat avec le 31e Escadron à Coomalie Creek, au sud-est de Darwin, aux commandes de Bristol Beaufighters.

"Peu de temps après son arrivée, il a emmené un Beaufighter pour un vol de navigation et l'a atterri, mais ne l'a pas mis sous des filets de camouflage", a déclaré M. Coldwell.

"Ces Zéros japonais sont passés et ont mitraillé l'aérodrome - et ont détruit son avion."



M. Coldwell est convaincu que le prochain vol de combat d'Albert était une punition pour la perte de l'avion au sol, car à peine quinze jours plus tard, il a été chargé d'une mission de combat à Jobo en Indonésie - et ce serait sa dernière affectation.

«Ils (le siège de la RAAF) savaient d'où venaient les Zeros japonais, et je pense qu'ils ont tenu Albert responsable des dommages causés à cet avion près de Darwin», a déclaré M. Coldwell.


Source en Anglais :  

https://www.riverineherald.com.au/cobram-news/2020/10/06/1705888/a-life-through-letters-the-albert-longoni-story 


H  Albert, Ernest LONGONI  
Né le 12 mars 1919 (mercredi) - Australie, Méridionale,
Décédé le 15 mars 1943 (lundi) - Nouvelle Guinée, à l'âge de 24 ans
Pilote avion de guerre, Flying Officer,

Parents

Albert, Joseph LONGONI ca 1889-?1954
Ellen, Mary Coldwell ?1895
Grands parents paternels, oncles et tantes
Joseph LONGONI 1852-?1930 mariés (1882)
Marie BIEL 1860-
Claire, Martha, Klara LONGONI 1884-1968
mariés (1908)
3 enfants
Huldy, Hulda LONGONI 1887-1887
non mariés, sans descendants
Albert, Joseph LONGONI ca 1889-?1954
mariés 1 enfant
Marty LONGONI ?1898-?1978 mariés
Ernest LONGONI ?1900-1972 non mariés, sans descendants
Arthur LONGONI † non mariés, sans descendants
BERTY LONGONI ?1906-?1950 non mariés, sans descendants
Événements
12 mars 1919 : Naissance - Australie, Méridionale,
Il est né le 12 mars 1919 à Port Pirie, Australie-Méridionale, d'Ellen Mary et Albert Joseph Longoni.
peut-être 1943 : Décoration - New Guiné
Flying Officer Albert Ernest Longoni Service number 400094 Death Date 15 March 1943 Death Place New Guinea Final Rank Flying Officer Service Royal Australian Air Force Unit No. 31 Squadron Place New Guinea Conflict/Operation Second World War, 1939-1945 Rolls • Roll of Honour: Unit No. 31 Squadron Conflict Second World War, 1939-1945
AWM148 Tableau des cartes d'honneur, Guerre 1939-1945, Force aérienne

15 mars 1943 : Décès - Nouvelle Guinée
peut-être 2013 : HISTOIRE POST MORTEM - AUSTRALIE
Histoire: John Coldwell de Cobram lit une pile de lettres envoyées par son oncle pendant la Seconde Guerre mondiale.

«J'ai pris ma retraite en 2013, je suis retourné à Cobram, et avec un peu de temps libre, j'ai commencé à m'intéresser à l'histoire de la famille,»

 

--- 
 Pierre Erol GIRAUDY 
https://www.erolgiraudy.eu

La famille LONGONI

La famille en SUISSE


Le départ connu de la Famille LONGONI.



De gauche à droit Paul LONGONI - Rosa - Paul - Peter - Joseph (notre Arrière Grand-père).

Paul Longoni, le père de Josef est originaire de Lugano / Tessin.  

Je ne sais pas combien de temps la famille a vécu là-bas.  Juste une génération ou plusieurs ? Je ne sais pas non plus en quelle année Paul Longoni est venu à Constance.  Ce que je sais, c'était un entrepreneur en bâtiment.

Josef (phe) est né à la date: 10.06.1852
 En 1875, Josef a déménagé à Stein AR.  Là, il dirige une auberge. En 1882, il s'installe à Herisau, où il dirige également une auberge.  La même année, il épousa Marie Biel, sa troisième épouse.
Sa première femme, Johanna Knöpfel, décéda après 4 ans de mariage, probablement après avoir accouché.  La même chose est arrivée à sa seconde épouse, Wilhelmine Alder, après 2 ans de mariage. En 1889, lui et sa famille sont naturalisés à Herisau en SUISSE. 1890, il était propriétaire de l'auberge "Eidgenössisches Kreuz" à Herisau et possédait une carrière.  Puis il a un commerce de vin un plus tard.

TOG indiques :

« La Suisse, à Zurich y vivent mes arrière-grands-parents maternels, rue Kinkelstrasse Universitàtstrasse. Évidement en Suisse Alémanique, les mots écrits sont allemands, alors que le parler est un dialecte comme l'alsacien et les Suisses Alémaniques sont très fiers de le parler devant les Allemands qui ne le comprennent pas. 
TOG cet été 1920 connaîtra toute la famille de sa mère qu’il n’avait pas encore rencontrée. 
Il y avait là Berty, Huldy, Marthy (l'y étant ici un terme d'affection, tout ce qui finit en y montre quelque chose de petit et gentil). La Grand-mère « Gross Mutter't » était une maîtresse femme qu'on obéissait au doigt et à l’œil. 
Elle avait des cheveux gris et étaient toujours vêtue d'une robe grise ou violette munie d'un col assez haut, enserrant le cou. Ce col surmonté d'une Petite dentelle, dentelles également sur le devant de la robe allant du cou à la ceinture. 

La famille LONGONI avec Joseph et Marie.

Le Grand-père avait une belle moustache blanche et des cheveux blancs, je le vois toujours revêtu de noir. Il avait un bureau très particulier où il y avait une quantité de choses mystérieuses qui m’intriguaient ; quand il s'absentait et que je pouvais pénétrer dans ce sanctuaire, j'allais de découvertes en découvertes. Je vois toujours mon grand-père lisant son journal favori le "Zurich" Zeitung". 
Ces Suisses, gens pratiques, avaient découvert depuis longtemps le petit format pour les journaux, Contrairement à beaucoup de journaux français pour lesquels il faut écarter les bras comme ceux d'un épouvantail pour les lire' à moins d'avoir une table importante pour le poser, ou bien de le plier en cognant sur les plis qui refusent de se mettre au bon endroit. 
Le grand-père était asthmatique pour atténuer ses crises, il faisait brûler dans une petite cuillère spéciale, une poudre qu'il appelait "Stramonium" dont il respirait la fumée. L'odeur était très particulière et assez agréable. La maison sentait le stramonium . 
Cette année-là, une des sœurs, Huldy, attrapa un mauvais rhume, qui tourna en pneumonie et elle décéda. »

L'auberge et maison familiale en SUISSE.

Marty

Elle s’est mariée avec Auguste CAUVIN, un militaire.

Clara (Claire) et son maris.

Les sœurs et frères de ma Grand-mère : Berty (KELLER), Huldy, Marthy (CAUVIN). 
Les frères : Ernest et Albert (Je crois qu’il y avait un autre frère, il semble qu’il soit allé au BRESIL il devait se nommer Arthur). J’avais en mémoire des photos d’une bijouterie, et des petits bijoux à mes anniversaires.

Le verso de la carte postale de la JOALHERIA ADAMO à SAO PAULO.

Arthur

Ernest

Albert l'Australien.




Voici une première approche de notre arbre Suisse avec les LONGONI.

La suite avec Joseph au centre




Joseph et son épouse Marie



Paul et son épouse Rosa au centre.


--- 
Pierre Erol GIRAUDY 
https://www.erolgiraudy.eu

dimanche 18 avril 2021

Les dates et liens de parentés GIRAUDI + Y

Les GIRAUDI + Y : frères et sœurs. 

Après de nombreuses navigations et recherches dans les archives, j'ai validé : les dates et liens de parentés de cette partie de notre arbre généalogique.

La généalogie a été une des solutions pour occuper mes journées de retraité à partir de 2018. Je ne savais pas ce que cette "addiction" m'amènerai à faire en prenant une telle part dans ma vie.

Mais, revenons à mon Grand-Père Auguste GIRAUDY, il n'avait certainement pas communiqué sur ses sœurs et frère.



F. GIRAUDI en bas à droit.


Détail Acte de naissance de François-Michel-Barthélemy GIRAUDI - 1861.

François-Michel-Barthélemy GIRAUDI

Né le 13 novembre 1861 (mercredi) - Villars-sur-Var, 06158, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, France
Décédé - Cultivateur.
Parents
Antoine, Augustin, François, Marie GIRAUDY 1827-1886
Margueritte Scovazzo 1833-?1890

Fratrie
François-Michel-Barthélemy GIRAUDY 1861-
Auguste, Alfred, Paul GIRAUDY 1864-1949
Anaïs GIRAUDY ?1868-
Marguerite GIRAUDY ?1870-
Louise Emilie GIRAUDY 1877-1929

Grands parents paternels, oncles et tantes
Michel, Ange, Marie GIRAUDY ?1784-1861 mariés (1808)
Francoise, Marie Gastaud 1792-?1840
Antoine, Augustin, François, Marie GIRAUDY 1827-1886
mariés (1861) 5 enfants

Grands parents maternels, oncles et tantes
Francois Scovazzo ca 1800- mariés
Marie-Anne Carbonel ca 1810
Margueritte Scovazzo 1833-?1890
mariés (1861) 5 enfants

Notes
GIRAUDI Né en 1861 -
Naissance : Registre 1 au début Page 6/207 num.20
Sources : Geneanet.org




                                                                                    _____| 16_ sosa Charles GIRAUDI 1724-1793
                                                        _____| 8_ sosa Antoine Louis GIRAUDI 1751-/1814
                                                       /                            ¯¯¯¯¯| 17_ sosa Victoire GASTALDA, 1724-1791
                           _____| 4_ sosa Michel, Ange, Marie GIRAUDY ?1784-1861
                          /                           \                             _____| 18_ sosa Francois ROS ca 1710-ca 1790
                         /                             ¯¯¯¯¯| 9_ sosa Maria, Cattarina ROS 1759-1833
                        /                                                           ¯¯¯¯¯| 19_ sosa Anne Francoise BUZIA ca 1727-1797
|2_ sosa Antoine, Augustin, François, Marie GIRAUDY 1827-1886
|                       \
|                        \                              _____| 10_ sosa François Gastaud †?1808
|                         \                            /
|                          ¯¯¯¯¯| 5_ sosa Francoise, Marie Gastaud 1792-?1840
|                                                     \
|                                                      ¯¯¯¯¯| 11_ sosa Madeleine BARRAL †?1808
|--1_ François-Michel-Barthélemy GIRAUDI 1861-
|                                                       _____| 12_ sosa Barthélemy Scovazzo ca 1756-?1832
|                                                      /
|                          _____| 6_ sosa Francois Scovazzo ca 1800-
|                         /                           \
|                        /                             ¯¯¯¯¯| 13_ sosa Thérèse Baldisson 1767-?1832
|3_ sosa Margueritte Scovazzo 1833-?1890
                        \
                         \                              _____| 14_ sosa André Carbonel ca 1773
                          \                            /
                           ¯¯¯¯¯| 7_ sosa Marie-Anne Carbonel ca 1810
                                                       \
                                                        ¯¯¯¯¯| 15_ sosa Margueritte Layet ca 1776


Chronologie de François-Michel-Barthélemy GIRAUDI



192921 avr.
67 ans

Décès de sa soeur



  • Né le 12 février 1864 - Lantosque, 06450, Alpes-Maritimes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, FRANCE
  • Décédé après 1939
  • Propriétaire hôtel o'connor à Nice

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Frères et sœurs

 Aperçu de l'arbre

 

---

 Pierre Erol GIRAUDY