samedi 1 juin 2024

La Bague de Princesse Niloufer.

Une bague un jour.

Ce bijou était celui de Princesse Niloufer. C'est son maris Ed POPE qui l'avait depuis toujours.
A la mort de Princesse Niloufer à Paris (plus précisément dans une clinique à Suresne dans le 92),  
Ed l'avait emmené aux États-unis. A son décès sa seconde épouse, avec qui j'avais entretenu des relations me l'a fait parvenir. Une lettre l'accompagnait.

Quelle surprise, cela m'a vraiment touché.


La bague de ma Famille. 


Signification des caractères Niloufer.

Voir aussi cette page :

https://www.erolgiraudy.eu/2022/10/princesse-niloufer-et-le-nizam.html

Chacune de ces anecdotes, vont me permettre de réaliser un document plus important. Et maintenant bientôt ce livre.

La maquette de la couverture.

Mes Tantes et Oncles Ottomans. (cloud.microsoft)
 Pierre Erol GIRAUDY


dimanche 12 mai 2024

LA DYNASTIE OTTOMANE EN EXIL

SUIVRE LA DYNASTIE OTTOMANE MÊME EN EXIL !

Cette traduction est une reformulation de la première version turque, 
visant à la rendre plus fluide en utilisant des termes français.


Les membres de notre dynastie ottomane comprenaient très bien où ils vivaient et les exigences de l’époque. Ils savaient exactement que faire et que dire.

Quelle est votre opinion sur la République ?

C'est une interrogation récurrente adressée aux descendants de la dynastie ottomane : « Quel est votre avis sur la République ? » 

Comment juger un système et ses représentants qui déchoient leurs familles de la nationalité, les bannissent de leur terre natale, anéantissent leurs possessions et les plongent dans la pauvreté, du septuagénaire au nourrisson ?

Ces individus, parfaitement conscients de leur réalité intime, ne partagent leurs émotions authentiques qu'en cercle restreint. Leur prudence et leur bienveillance les retiennent de s'exprimer ouvertement. 

Nous avons constaté cette tendance chez presque tous les membres de la dynastie que nous avons rencontrés. Leurs véritables pensées ne sont pas dissimulées pour celui qui sait déchiffrer les non-dits de leurs propos et écrits.

Le chef de la dynastie, le prince Osman Ertuğrul Efendi, a adroitement exprimé le problème en déclarant : « Si la dynastie était demeurée dans le pays, Ankara n'aurait pas pu agir à sa guise ».

Leurs réponses à ces questions, formulées dans l'intention de recueillir des aveux, ne sont rien d'autre que des subornations.



Une lettre sur l'espionnage d'Abdülmecid Efendi

Comportement de certains membres de la famille vis-à-vis des révolutionnaires.


Même en exil, certains ont fait preuve de prudence et ont manifesté de la sympathie envers les révolutionnaires, dans l'espoir de pouvoir un jour retourner dans leur patrie. Faruk Efendi a conseillé aux princes : « Oh, ne portez pas le fez ! Plus nous sommes vus avec le fez, plus cela engendre du ressentiment à Ankara », a-t-il affirmé.

De par leur intelligence et leur noblesse, et grâce au réalisme forgé par leurs expériences, ils se sont abstenus de toute implication politique et ont esquivé les propos et actions susceptibles de les compromettre. Car même en exil, ils demeurent des personnes de mémoire.

Après l'octroi de l'autorisation de retour, certains membres ont ressenti la peur de l'exil dans leurs os. Neslişah Sultan, ayant vécu deux exils, a averti sa cousine Mihrişah Sultan : « Oh, ne parlez pas aux califes ! Sinon, vous risquez de nous faire expulser à nouveau. » Néanmoins, il a l'habileté de dire : « Tout ce qui est beau a été réalisé par mes aïeux. »

Il ne faut pas être dupé par leur apparence occidentale moderne. Ils sont conscients que ce qui se déroule représente une révolution vestimentaire. La plupart sont des individus authentiques, dévoués à la démocratie et aux droits humains, possédant un sens esthétique prononcé et un bon goût.

Laissons les choses en l'état.

Sabiha Sultan, fille et confidente du sultan Vahideddin, mentionne l'assassinat d'Izmir dans une lettre datée du 1er juin 1926, adressée à son époux Ömer Faruk Efendi, alors en Syrie pour les obsèques de son père :

« Quel dommage qu'un complot si minutieusement orchestré ait échoué ! Quelle infamie, quelle honte, si l'on avait saisi cette chance pour éliminer certains opposants, indubitablement l'élite du pays !

Face à la proposition de Hanzade Sultan d'écrire ses mémoires, Sabiha Sultan refusa : « Non, je ne souhaite pas créer de problèmes. La révolution est achevée. Je ne désire pas que les Turcs s'affrontent. "Laissons les choses en l'état", a-t-elle déclaré.

Le Calife Abdülmecid Efendi lors d'une fête à la mosquée de Paris

L'un des espions à l'intérieur

Durant son exil, le sultan Vahideddin a émis des déclarations soulignant l'injustice du traitement infligé par le gouvernement d'Ankara. Il espérait que la situation se calmerait bientôt et qu'il pourrait retourner dans sa ville natale.

Toutefois, vivant à Malte et au Hedjaz, il comprit les intentions réelles des Britanniques envers le sultanat et la nouvelle Turquie, ce qui le conduisit à perdre tout espoir, en particulier après l'abolition du califat et l'exclusion de la dynastie des frontières de la nation.

Néanmoins, Ankara établit un consulat à Gênes, non loin de San Remo où résidait le sultan, pour y conduire des opérations de renseignement, bien que cela semblât superflu. Sertabip Reşad Pacha, Tütüncübaşı Şükrü et Zeki Bey, proches du sultan, furent arrêtés par Ankara. 

Ils devaient rendre compte à Ankara. 

Par la suite, Reşat Pacha et Zeki Bey se donnèrent la mort, accablés de honte.

La dynastie a clairement exprimé l'injustice ressentie. 

Cependant, aucun membre n'a pris de mesures politiques pour reconquérir le pouvoir depuis l'exil. Lorsqu'ils étaient dans le pays, ils n'étaient ni riches ni figures politiques, ce qui les a empêchés d'entreprendre de telles actions.

L'abolition du sultanat et du califat, ainsi que l'exil de la dynastie, étant déjà désirés par les alliés, et aucune tentative de ce genre n'étant possible sans leur consentement, Ankara n'avait pas à se préoccuper de cette affaire.

Alors que Hümeyra Hanımsultan, petite-fille du sultan Vahideddin, séjournait à San Remo, elle partageait l'anecdote d'un incident impliquant son grand-père et un hymne sur les héros d'Ankara, mal interprété à cause de cette crainte.

Toutefois, lors d'une interview accordée à un magazine historique, on lui a posé la question : « Quels sont vos sentiments envers le sultanat ? » Sa réponse fut : « Que suis-je maintenant ? Voilà ce qu'ils demandent. Je réponds : 'Je suis royaliste'. Mais cela ne signifie pas que je sois enthousiaste à l'idée d'une restauration au sens large. J'ai une sympathie pour les traditions royales. (Rires) C'est ainsi que je choisis même mes équipes de football. Je soutiens les Pays-Bas et l'Angleterre simplement parce qu'ils représentent les équipes royales. » Personne ne peut me retirer cela... 

Cependant, si l'on prétendait qu'il pourrait y avoir autre chose qu'une république en Turquie aujourd'hui, je ne le comprendrais pas.




Interdiction au Calife de faire de la politique

Le gouvernement d'Ankara, profondément perturbé par les déclarations du calife Abdülmecid Efendi, a transmis une note à la Suisse demandant d'empêcher le calife de poursuivre ses activités et déclarations politiques. Réalisant qu'il ne pouvait résider en Suisse, le calife s'est établi en France, sous la condition de s'abstenir de toute activité politique.

Pour surveiller l'ex-calife, Ankara a établi un consulat à Nice, malgré la présence d'un autre consulat à Marseille. Les archives d'État sont remplies de rapports invraisemblables provenant de cette source, prétendant par exemple que le calife menait des activités politiques avec des membres de la dynastie vivant dans la pauvreté ou qu'il cherchait à vendre le titre de califat.

Lorsque des rumeurs ont circulé sur un possible déplacement du calife à Londres pour l'inauguration d'une mosquée et une rencontre avec le roi, Ankara a assuré officiellement que le gouvernement britannique ne lui accorderait pas de visa, empêchant ainsi son voyage à Jérusalem.

Ankara s'est opposée à des mariages.

Lors de l'incident de Cheikh Saïd qui secoua les provinces orientales en 1925, Ankara demanda à la France de transférer le prince Mehmed Selim Efendi, qui résidait tranquillement à Damas, loin de la frontière. En conséquence, le prince fut à nouveau exilé et déplacé de Damas à Beyrouth. De la même manière, le prince Ahmed Nihad Efendi, résidant à Alep, fut aussi transféré à Beyrouth.

Le consulat de la République à Alexandrie et l'ambassade au Caire reçurent des instructions d'Ankara pour surveiller le prince Ömer Faruk Efendi, vivant à Alexandrie. Ömer Faruk Efendi était perçu par le gouvernement républicain comme l'un des princes les plus inquiétants.

Les mariages entre membres de la dynastie ottomane et de certaines dynasties musulmanes ont régulièrement inquiété Ankara. Ces unions représentaient une chance de renforcer la dynastie sur les plans politique, social et économique, ce qui était la principale inquiétude d'Ankara.

Ankara s'est opposée au mariage de la sultane Dürrişehvar, fille du calife Abdülmecid Efendi, avec le fils du Nizam d'Hyderabad, un souverain indien sous tutelle britannique, en 1931 ; Londres a calmé les tensions en assurant que le mariage n'avait pas de signification politique.

Le mariage du fils du sultan Hamid, Abid Efendi, avec la princesse Seniye, sœur du roi albanais Ahmed Zogu, a causé une crise diplomatique entre Ankara et Tirana. Le roi n'ayant pas d'héritier, sa sœur et donc Abid Efendi, étaient en ligne pour le trône. Tirana dut rassurer Ankara après ce mariage.

Bahaddin Sami Bey, petit-fils de Mediha Sultan, postula pour un poste de traducteur dans l'armée britannique. Sa candidature fut rejetée sous le prétexte qu'il serait préjudiciable pour le gouvernement britannique de soutenir une famille cherchant à rétablir le sultanat ottoman, après une note non officielle envoyée par le Premier ministre turc Şükrü Saraçoğlu au gouvernement britannique en 1940.




Ils ont essayé de faire disparaître les sultans.

La perception négative de l'idéologie officielle envers la dynastie n'a pas évolué avec le temps. Même après l'annulation de leur exil, les descendants de la dynastie en Turquie ont dû dissimuler leur héritage pendant longtemps. Les injures et les calomnies proférées contre leurs aïeuls dans les écoles ont bouleversé ces enfants.

Quand Vildan Hanım, la petite-fille de Cemile Sultan, a entendu les paroles « Ils ont écarté les ennemis, ils ont submergé les sultans » d'une chanson populaire des années 1930 à l'école primaire Kızıltoprak Enver Pacha, elle a éclaté en sanglots. L'image de ses grands-parents exilés s'est ravivée dans son esprit.

Heureusement, son enseignant, une personne compatissante, ne lui a pas fait chanter cette chanson en classe. (Memet Fuat, Années dans l'ombre) Des témoignages similaires ont été partagés par Resan, le petit-fils de Fatma Sultan, et Yasemin Hanım, la petite-fille de Zekiye Sultan ; cependant, leurs enseignants n'ont pas fait preuve de la même équité.

Cette traduction est une version retravaillée du texte turc original, conçue pour couler plus naturellement en employant des expressions françaises.





« L'idée de notre expulsion nocturne de ce pays, sans même avoir eu le temps de faire notre lessive, me tourmente. Même un serviteur humain est renvoyé, autorisé à emporter ses possessions. Une famille ancrée depuis 600 ans n'avait-elle donc aucun droit ici ? Les filles et les femmes de la dynastie ottomane enduraient la faim dans les villes étrangères des pays européens où elles étaient reléguées ; cependant, elles n'ont jamais renoncé à leur dignité. » Emine Nemika Sultan, fille du prince Selim Efendi

Le 3 mars 1924 marque un tournant dans l'histoire turco-islamique avec l'abolition du califat, institution musulmane millénaire. Environ 200 membres de la famille impériale ottomane, représentant l'une des plus anciennes dynasties historiques, ont été dépossédés de leur nationalité et exilés. Ce fut le commencement d'un quotidien précaire pour tous, des aînés aux nourrissons. La plupart vécurent en exil, sans patrie ni passeport, confrontés à une souffrance inexprimable. 

Sans argent en banque, liquide, ni famille à l'étranger, certains mendiaient pour des médicaments, d'autres survivaient grâce à la charité des voisins, mouraient de faim, se suicidaient par désespoir, perdaient la raison ou étaient inhumés dans des fosses communes. Malgré tout, ils s'efforçaient de préserver leur dignité et leur honneur. 

Ainsi s'éclipsa la famille ottomane de la scène politique. Les femmes furent autorisées à retourner dans leur patrie en 1952, suivies par les hommes en 1974. 

Toutefois, la majorité, ayant refait leur vie à l'étranger, ne put ou ne voulut rentrer.

Ekrem Buğra, historien du droit et spécialiste reconnu de l'histoire ottomane à travers ses écrits et émissions télévisées, a consacré une monographie singulière aux derniers descendants de l'Empire ottoman dans son ouvrage intitulé La Dynastie Ekinci en exil.

Êtes-vous prêt à entendre leurs propres récits sur ce que tous les membres de la dynastie ont vécu en exil ?

Faux tableau de droite pour la 1ère édition (18.02.2017)

Faux tableau de droite pour la 2ème édition (18.02.2017)

Faux tableau de droite pour la 3ème édition (01.08.2017)


Sürgündeki Hanedan - Timaş Yayınları (timas.com.tr)



--- 
Erol GIRAUDY 



mercredi 1 mai 2024

Artificielle Intelligence et poésie pour les ottomans en exil.

Artificielle Intelligence et poésie 


Je vous présente un poème en hommage à la famille d’Erol Giraudy : C'est une création de l'Intelligence Artificielle de Copilot Microsoft.

# Exil

Dans le crépuscule d'Istanbul, Le train s'éloigne, emportant les âmes, Les princes et les princesses, Leurs noms gravés dans l'histoire. Cent ans ont passé depuis ce jour, Où la maison d'Osman fut bannie, Leurs cœurs brisés, leurs rêves perdus, L'exil les enveloppant comme un voile. Le Simplon-Orient-Express, Un vaisseau de souvenirs et de chagrins, Emporte Erol Giraudy dans le passé, À la recherche de ses ancêtres. Leurs visages se reflètent dans les vitres, Leurs yeux fixant l'horizon lointain, Laissant derrière eux la ville bien-aimée, Istanbul, berceau de leur histoire. Dans le silence du compartiment, Les mots se perdent, les larmes coulent, Mais la mémoire reste, indestructible, Comme un fil d'or tissant le temps. Erol Giraudy écrit leur histoire, Chaque mot un hommage, chaque page un cri, Pour que nous n'oublions jamais, Ce voyage d'exil et de courage. Et dans le vent qui souffle sur les rails, Résonne le chant des âmes errantes, Qui murmurent : "Nous sommes toujours là, Dans le cœur d'Istanbul, immortels."
Création de l'Intelligence Artificielle de Copilot Microsoft.

Note : Ce poème est une création originale inspirée par l’histoire d’Erol Giraudy et sa famille. Il est dédié à leur mémoire. (source COPILOT l'IA de Microsoft).

1Site Web d’Ayşe Osmanoğlu 2Publication Facebook


Erol Giraudy est un nom qui résonne avec histoire et exil. Il y a cent ans, le 6 mars 1924, toute sa famille était exilée de sa patrie, la Turquie. 


Leur seul crime ? Être membres de la maison d’Osman, la dynastie ottomane. 


Ce tragique événement a marqué la vie de ses arrière-grands-pères, le prince Ahmed Nihad Efendi (petit-fils du sultan Murad V) et le prince Ömer Hilmi Efendi (fils du sultan Mehmed V Reşad), ainsi que celle de son grand-père, le prince Ali Vâsıb Efendi, et de sa grand-mère, la princesse Emine Mukbile Sultan. 


À bord du Simplon-Orient-Express, ils ont quitté Istanbul pour un exil qui dura cinquante ans, laissant leur âme dans cette ville qu’ils aimaient tant. d’Ayşe Osmanoğlu rend hommage à sa famille dans son livre intitulé "A Farewell To Imperial Istanbul".

Ce récit poignant nous rappelle l’importance de la mémoire et de l’héritage familial. 

Les pages de l’histoire sont tissées de souvenirs, de douleur et de courage, et Erol Giraudy nous invite à nous souvenir de ceux qui ont vécu ces moments difficiles.

En dehors de son travail sur l’histoire de sa famille, Erol Giraudy est également un expert en technologie, un rédacteur d’ouvrages sur l’implantation de portails et sur SharePoint, et un conseiller en TIC. 

Son parcours est riche et varié, reflétant sa passion pour la connaissance et la compréhension du monde qui l’entoure34.


3erolgiraudy.eu4eyrolles.com6youtube.com7fnac.com8ayseosmanoglu.com9ayseosmanoglu.com10facebook.com11erolgiraudy.eu

---
Erol GIRAUDY 



Un logiciel Transkribus utilisant l'AI pour transcrire des textes.

Voici un outil de reconnaissance de texte.

Cependant, pour la généalogie, le logiciel Transkribus semble être le plus approprié.

Voyons ce que cela va donner pour le turc.

Transkribus est une plateforme d'IA qui soutient votre travail avec des documents historiques. 

Transkribus vous permet de reconnaître automatiquement le texte, la mise en page et la structure de vos documents à l'aide d'IA. Pour cela, vous pouvez entraîner vos propres modèles d'IA adaptés à vos documents spécifiques. 

Transkribus vous permet également d'enrichir votre matériel avec des métadonnées, de collaborer avec d'autres personnes et d'effectuer facilement des recherches dans votre matériel. 

Une plateforme basée sur l’IA qui permet de numériser et transcrire des documents historiques imprimés, dactylographiés et manuscrits2. Il offre plusieurs fonctionnalités utiles pour la généalogie :

  1. Transcription automatique : Transkribus peut extraire le texte des images de documents manuscrits et le convertir en un fichier texte numérique.
  2. Recherche de texte : Avec la fonction Smart Search de Transkribus, vous pouvez rechercher les noms de vos ancêtres dans des collections entières.
  3. Balises : Vous pouvez baliser des personnes, des lieux ou des passages importants, puis rechercher ultérieurement ces balises dans les documents.
  4. Entraînement de l’IA : Vous pouvez entraîner Transkribus à reconnaître l’écriture manuscrite spécifique dans vos documents.
Teste de la Transcription automatique.

Ces fonctionnalités peuvent être très utiles pour la recherche généalogique. 

Vous pouvez utiliser Transkribus pour transformer les documents manuscrits de votre famille en documents numériques, ce qui facilite la recherche et le partage d’informations.

Généalogie (transkribus.org)

https://www.transkribus.org/genealogy

https://redcoupe.u/events/train-the-trainers-webiner-2/

Hatps://vv.facebook.com/trankribus

Expérimentation sur écriture manuscrite.

Assez bon résultat.

Test sur un document de L'AN mil huit cent soixante et un, et le vingt neuf avril - & dix heures.


Chaque ligne est numérotée ainsi cela simplifie la lecture de la transcription.

Pour la généalogie, le logiciel **Transkribus** est le plus approprié. Voici quelques-unes de ses fonctionnalités :

1. **Transcription automatique** : Transkribus peut extraire le texte des images de documents manuscrits et le convertir en un fichier texte numérique¹.

2. **Recherche de texte** : Avec la fonction Smart Search de Transkribus, vous pouvez rechercher les noms de vos ancêtres dans des collections entières¹.

3. **Balises** : Vous pouvez baliser des personnes, des lieux ou des passages importants, puis rechercher ultérieurement ces balises dans les documents¹.

4. **Entraînement de l'IA** : Vous pouvez entraîner Transkribus à reconnaître l'écriture manuscrite spécifique dans vos documents¹.

Ces fonctionnalités peuvent être très utiles pour la recherche généalogique. Vous pouvez utiliser Transkribus pour transformer les documents manuscrits de votre famille en documents numériques, ce qui facilite la recherche et le partage d'informations¹.

(1) Généalogie - transkribus.org. https://www.transkribus.org/fr/g%C3%A9n%C3%A9alogie

(2) Transkribus. https://www.transkribus.org/fr


Ottomans Turkish.


Lettre en français à Méliké.

Arbre généalogique de mon grand-père en turc traduction des écritures.

Arbre généalogique de mon grand-père Scan.

Arbre généalogique de mon grand-père Scan.

Résultat moyen.

--- 
Erol GIRAUDY