mardi 9 août 2022

Les OTTOMANS à NICE. tome3. Livre ePUB En rédaction.

Les OTTOMANS à NICE. tome 3. 

En rédaction.

LES PRINCESSES ET LES PRINCES QUE J’AI RENCONTRÉ



Pour le moment il est en Word et au format ePUB.








Mon Grand-père est le premier des Ottomans[i] que j’ai rencontré après ma Mère bien sûr. C’était un Monsieur charmant, j’ai fait de belles promenades en SUISSE avec Rashid FENARIZADE de LARISSA. Il était d’un calme remarquable, qui n’avait d’égal que sa gentillesse.


[i] Ottomans Origines :  Le passé turc n’est pas qu’ottoman et l’histoire ottomane n’est pas que turque. C’est dire que l’intitulé de cette nouvelle chaire couvre un domaine très vaste et pour le moins complexe, voire ambigu. Nous porterons cependant notre regard sur un contexte plus ciblé qui, tout en réduisant l’ampleur du sujet, permettra d’intégrer ces deux dimensions de la question dans une réflexion historique particulière : celle de l’Empire ottoman et de la Turquie républicaine face à l’Occident. Ce questionnement s’inscrira à son tour dans une chronologie chevauchant les périodes moderne et contemporaine, du dix-­huitième siècle à nos jours. Edhem Eldem présente son cours de l'année dans la série les cours du Collège de France.

https://www.college-de-france.fr/site/edhem-eldem/course-2017-2018.htm

 L'Empire ottoman (en turc ottoman : دولت عليه عثمانیه / devlet-i ʿaliyye-i ʿos̲mâniyye, littéralement « l'État ottoman exalté » ; en turc : Osmanlı İmparatorluğu ou Osmanlı Devletia), connu historiquement en Europe de l'Ouest comme l'Empire turc, la Turquie ottomane ou simplement la Turquie, est un empire fondé à la fin du xiiie siècle au nord-ouest de l'Anatolie, dans la commune de Söğüt (actuelle province de Bilecik), par le chef tribal oghouze Osman Ier. Après 1354, les Ottomans entrèrent en Europe, et, avec la conquête des Balkans, le Beylik ottoman se transforma en un empire transcontinental. Après l'avoir encerclé puis réduit à sa capitale et à quelques lambeaux, les Ottomans mirent fin à l'Empire byzantin en 1453 par la conquête de Constantinople sous le règne du sultan Mehmed II.


Rashid FENARIZADE de LARISSA. Était le fils du puissant prince Faik, lui-même souverain d’immenses terres en Albanie et en Grèce. Ce dernier était en outre ministre du sultanat turc et placé directement sous les ordres du sultan, avec qui il était parent. Le fils de Faik. Le prince Rashid FENARIZADE de LARISSA.  avait étudié les sciences politiques à la Sorbonne à Paris. Durant la première Guerre mondiale, le sultan fit appel à mon Grand-père, alors âgé de 26 ans, pour des missions politiques. Dans un premier temps, le jeune politologue fut conseiller juridique auprès du ministère turc des Affaires étrangères. Ensuite, il occupa la fonction de ministre plénipotentiaire dans la partie ottomane de la Grèce, marchant ainsi sur les traces de son père. C’était un DAMAD[i]. Je crois qu’il avait dû travailler à la SDN[ii] à GENEVE comme Ministre Plénipotentiaire à l’époque du Sultana Ottoman en 1920.



[i] Dans l'Empire ottoman, un damad (en turc ottoman : داماد / dâmâd, du persan داماد ; en turc moderne : damat) était un beau-frère du sultan. C’était le cas de mon Grand-père Rachid de LARISSA.

[ii] SDN : La Suisse neutre, épargnée par les conflits, se réveille pourtant appauvrie, affamée et sonnée par le plus important conflit social de son histoire. Dans le sillage de la Révolution russe de février 1917, les soulèvements ouvriers se succèdent sur tout le continent. Hausse du chômage, des prix, des heures de travail, baisse des salaires, aboutissent, en Suisse, à la « Grève générale » qui paralyse totalement le pays entre les 12 et 13 novembre 1918.

La paix revenue, le monde découvre son nouveau visage ; trois empires (allemand, autrichien et ottoman) se sont écroulés. A leur place émergent des « nations ».

Dont il va désormais s'agir de définir les nouvelles relations qu'elles vont entretenir entre elles. Comment faire en sorte que ces nations ne se battent plus et qu'aucune « Grande Guerre » ne se reproduise ?

Le président américain Woodrow Wilson propose une « Société des Nations ». Comme un Comité élargi qui réunira la majorité des pays du monde, au sein duquel les problèmes sensibles seront discutés, négociés, et les conflits éventuels désamorcés. Cette Société se donnera un « Pacte » interdisant l'usage de la force. Les nations elles-mêmes élaboreront, ensemble et sur un pied d'égalité juridique, toutes les modalités de leur coexistence.

Et quiconque violera ce Pacte sera passible de sanctions.

https://www.suisse-romande.com/societe-des-nations.html La Suisse, forte de son expérience diplomatique, souhaite accueillir le siège de la future Société des Nations. Rappelons que le Conseil fédéral avait tenté plusieurs médiations, durant la Grande Guerre, entre les belligérants, qui ont toutes échoué. La Confédération demande donc à être invitée à la Conférence de la paix qui se tient le 18 janvier 1919 à Paris. Conférence de la Paix, Paris. Le président de la Confédération, le Genevois Gustave Ador, rencontre les responsables français, Georges Clemenceau, anglais, Lloyd George et américain, Woodrow Wilson. Il leur présente la Suisse « comme un modèle réduit mais consolidé par l'expérience des siècles, de la future Société des Nations. » Le 15 novembre 1920 La Société des Nations est inaugurée à Genève dans des locaux provisoires. Car pour Genève, tout reste à faire : construire le bâtiment qui accueillera le siège de l'organisation mais aussi des résidences pour les diplomates, des hôtels et même un aéroport ! La petite ville du bout du lac se prépare à son destin international.

En 1940, dès la défaite française, les services de la Société des Nations et du Bureau international du Travail (BIT), alors installés à Genève, se réfugient aux États-Unis au Canada et en Grande-Bretagne. Après la dissolution de l'organisation, le bâtiment de tous les records se vide et demeure désert durant presque 5 ans.

Au lendemain de la Deuxième guerre mondiale, lorsque l'ONU, Organisation des Nations Unies, succède à la SDN, elle choisira d'installer son nouveau siège principal à New York, États-Unis.

Mais Genève reconquerra progressivement son rayonnement international. Le Palais des Nations sera désigné siège européen de l'Organisation des Nations Unies. https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/026468/2015-04-15/

 



En couverture du Livre ePUB mon grand-père.


Les OTTOMANS à NICE tome3. 

LES PRINCESSES ET LES PRINCES QUE J’AI RENCONTRÉ


Mon Grand-père le DAMAD Rashid FENARIZADE de LARISSA est le premier des Ottomans que j’ai rencontré après ma Mère bien sûr. C’était un Monsieur charmant, j’ai fait de belles promenades en SUISSE avec mon Grand-père Rashid FENARIZADE de LARISSA. Il était d’un calme remarquable, qui n’avait d’égal que sa gentillesse. Les livres d’histoires sur les Ottomans, étaient à la maison en la personne de ma famille. Ils ont bercé mon enfance et adolescence. Il fallait écouter et comprendre ces histoires lointaines, elles étaient extraordinaires pour tout le monde, et c’était mon ordinaire avec des Princes et des Princesses Ottomans. Je vais vous le raconter, tout en y incluant des aventures et des histoires merveilleuses et certains secrets. Je me suis servi de la généalogie pour y parvenir et de nombreuses photos et documents appartenant à ma famille Ottomane, et des réseaux sociaux.

Au fur et à mesure de mes recherches et des nombreuses investigations que j’ai menée, je me suis rendu compte que je faisais une véritable enquête sur les histoires qui ont fait nos familles, leurs aventures et mésaventures. J’ai pour ce faire j’ai utilisé de nombreux outils informatiques et des logiciels spécifiques (voir les annexes).

 La généalogie les classements des documents, la recherche et la lecture de nombreuses informations (j’en fait état dans ma bibliographie et dans les notes de fin dans cet ouvrage), m’ont largement obligé à de la rigueur historique.

C’est une longue enquête que je vais vous faire vivre dans ce livre.

--- 
Erol GIRAUDY 
https://www.erolgiraudy.eu 


lundi 1 août 2022

Les Stories : Le mariage de Barberousse, alors que Nice est assiégée par...


Richard Pogliano raconte

S'ABONNER
En août 1543, les troupes de François Ier et la flotte de Soliman le Magnifique assiègent Nice. Pendant plus d’une semaine, les affrontements font rage. La ville est cernée de toute part, soumise à un extraordinaire déluge de feu. Dans la seule journée du 15 août 1543, la ville reçue plus de 900 boulets de canons. Et tout cela, raconte-t-on, sous le regard de Maria, la jeune femme que l’amiral turc Barberousse venait d’épouser…